Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Intégrer le contrôle pour produire plus vite

MARION BASCHET-VERNET

Sujets relatifs :

Quelque 10 millions d'unités du Respimat de Boehringer Ingelheim sortent chaque année des lignes de Wilden. Une seule solution pour contrôler la qualité d'un système très complexe : associer étroitement production et contrôle.

A Pfeimd, au sein du site de production de Wilden en Allemagne, l'expérience montre qu'assemblage et contrôle des inhalateurs ne sont pas une mince affaire. C'est pourquoi Wilden, qui a pour spécialité les composants en plastique pour la pharmacie, et Steag microParts, expert en technologies de microdosage et distribution, ont conçu et développé, en étroite association, le process de fabrication du Respimat Soft Mist Inhaler, un inhalateur de nouvelle génération du laboratoire allemand Boehringer Ingelheim.

Les rôles de chacun sont les suivants. Le principe actif est conditionné par le laboratoire lui-même, tandis que le système de distribution est fabriqué et posé par Steag microParts. Revient donc à Wilden l'assemblage de tous les sous-composants. A raison de 60 000 pièces par jour - 10 millions par an - sur une seule ligne.

Production en juste-à-temps

« Nous exploitons un système de production piloté par la demande avec un faible stock intermédiaire. Nous ne testons que ce qui est vendu. Cette organisation suppose un haut degré de flexibilité », explique Wolfgang Gruenauer qui supervise le projet Respimat chez Wilden.

Un projet de longue haleine... Tests cliniques inclus, le développement du Respimat Soft Mist Inhaler, de l'ébauche du concept à la mise sur le marché, a pris plus de huit ans. Sur ces huit années, les équipes de Wilden, Steag microParts et Boehringer Ingelheim ont consacré quelque 24 mois à la mise au point et à la qualification des lignes d'assemblage et de tests.

Chacune des fonctions - le système de verrouillage, le système de déclenchement, le système de dosage, la puissance du ressort - est testée indépendamment.

De facto, la complexité de la ligne reflète la complexité de l'inhalateur lui-même. Et les onze pièces qui le composent sont assemblées dans la salle blanche de classe 100 000 de Wilden. « Les phases les plus délicates résident dans l'assemblage de ces pièces pour réaliser des sous-composants et le contrôle de ces sous-composants ainsi que la séparation et le positionnement des parties métalliques », précise Wolfgang Gruenauer. Et ce qui est valable pour l'assemblage l'est tout autant pour le contrôle. D'autant que tout le process se déroule à haute vitesse afin de répondre à la demande : c'est ainsi que quelque 45 pièces sont assemblées chaque minute.

« Au tout début, quand nous avons commencé à réfléchir au Respimat, le problème spécifique du contrôle de la qualité est rapidement apparu », note Wolfgang Gruenauer. Lors de la constitution des sous-ensembles, deux pièces métalliques posaient, par exemple, des problèmes : le ressort de verrouillage et le dispositif de perçage du réservoir. De même, il a fallu veiller à ce que les pièces d'aspect en plastique ne s'abîment pas sur les convoyeurs.

14 systèmes de vision

Autant de contraintes qui ont poussé Wilden à opter pour un système de contrôle reposant sur la vision industrielle : la seule solution qui garantisse aujourd'hui le haut niveau de qualité exigé par les laboratoires et les hautes cadences d'une ligne de production combinant assemblage et tests. « Nous avons équipé la ligne de 32 stations de contrôle et de 14 systèmes de vision, tous dotés de leur unité de traitement », détaille Wolfgang Gruenauer. Sont contrôlés l'assemblage, la position de l'indicateur de dose, la présence effective et le positionnement correct des onze composants. Et seules les pièces qui ont franchi toutes ces étapes seront placées sur un plateau pour être admises chez Steag microParts. C'est, en effet, à Steag microParts que reviennent les opérations d'assemblages finales : pose du système de distribution, achèvement de l'assemblage et mise en oeuvre d'une batterie de tests complets. L'ensemble est ensuite expédié chez Boehringer Ingelheim qui assure étiquetage et conditionnement secondaire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Médical : avis de tempête sur le polypropylène

Profession

Médical : avis de tempête sur le polypropylène

La multiplication des cas de force majeure compromet la production d’emballages rigides et souples pour lutter contre la pandémie. - Avis de tempête sur le polypropylène (PP) : les plasturgistes[…]

26/02/2021 | PlastiquesIndicateurs
Avec la pandémie, Aptar compense ses pertes en 2020

Résultats

Avec la pandémie, Aptar compense ses pertes en 2020

L’agence de design Trapèze revoit l’identité globale de Radiante

Technologie

L’agence de design Trapèze revoit l’identité globale de Radiante

ProMach se renforce dans la pharmacie

Acquisitions

ProMach se renforce dans la pharmacie

Plus d'articles