Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

COR

Sujets relatifs :

La toute jeune société geniop.com monte progressivement en charge. Créé en mars 2001 par un ingénieur en informatique industrielle, Jean-Marc Ribault, Geniop s'est spécialisé dans l'interface logicielle entre les automatismes industriels et les outils Intranet ou Internet. Jean-Marc Ribault, qui a travaillé dans sa vie professionnelle sur ce type d'outil adapté à l'industrie automobile, a conçu un logiciel polyvalent baptisé True Factory dont la vocation est de mesurer la productivité des équipements industriels. Le système, déjà implanté chez plusieurs industriels - Roquette dans l'agroalimentaire ou Schering (lire 635, 615) dans les lignes de conditionnement pour la pharmacie - permet un suivi automatique du fonctionnement des chaînes, et une lecture en temps réel de la productivité des équipements industriels. « Les opérateurs peuvent être confrontés à des arrêts multiples de très petite durée, qu'ils ne perçoivent pas comme graves. Mais le logiciel va offrir des données factuelles, objectives, qui permettront à l'industriel d'envisager des évolutions et de calculer précisément son retour sur investissement », commente Jean-Marc Ribault. L'outil, qui se présente en fait comme un indicateur de productivité interactif, est particulièrement adapté pour les entités industrielles à partir de 200 salariés, tout spécialement dans le domaine manufacturier.

Appuis financiers. L'entreprise nordiste a fait l'objet depuis son lancement d'un soutien actif de plusieurs organismes à commencer par l'Agence nationale pour la valorisation (Anvar) qui lui a apporté 120 000 euros, Lille métropole initiative, une émanation de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Lille, qui lui a accordé 15 000 euros, et la fondation Nord Entreprendre, qui a octroyé un prêt d'honneur de 16 000 euros. La société bénéficie également du soutien logistique de la pépinière d'entreprises Les Ruches du Nord qui l'héberge dans la ruche technologique de Hellemmes. Le projet de geniop.com de marier productique et technologies Internet a en outre séduit un capital-risqueur régional, Finorpa, entré au capital aux côtés du fondateur et de sa famille, pour un montant de 48 000 euros.

Programmes de recherches. La société est toutefois encore émergente. Son premier chiffre d'affaires, sur dix-huit mois d'activité, devrait atteindre 152 000 euros, un volume qui doit doubler (sur douze mois) en 2003. Ce niveau faible d'activité, peu significatif, avec un effectif de quatre personnes, suffit pourtant à ce stade pour équilibrer les comptes, assure le Pdg, notamment grâce au financement extérieur de programmes de recherche. Jean-Marc Ribault veut d'ailleurs afficher des perspectives très prudentes, peut-être pour se différencier de la bulle récente de la nouvelle économie : « Nous sommes modestes, nous ne nous posons pas comme une start-up ». A l'horizon 2004, geniop.com ne devrait compter qu'une dizaine de salariés, la priorité étant désormais d'assurer une diffusion plus large au logiciel.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Deux mouchards pour suivre la température

Deux mouchards pour suivre la température

Inotec lance InoSpector, au format d'une carte de crédit, pour vérifier si la chaîne du froid est bien respectée. - Les experts sont formels : à l’avenir, les emballages seront connectés et[…]

15/11/2018 | SantéTous secteurs
Becton Dickinson crée 300 emplois au Nebraska

Becton Dickinson crée 300 emplois au Nebraska

Fusion dans le froid

Défaillance

Fusion dans le froid

Une seringue dédiée au juste dosage

Une seringue dédiée au juste dosage

Plus d'articles