Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Flacons en verre et en plastique

ANNE FRITSCH

Sujets relatifs :

, ,
Dans la cuisine, l'armoire à pharmacie ou la salle de bain, les flacons abritent mille produits de la vie quotidienne. En verre, ils sont fragiles, inertes, barrières et qualitatifs ; en plastique, ils sont légers, pratiques et économiques.

Fabriqués généralement par extrusion soufflage, les flacons en plastique adoptent le plus souvent le polyéthylène, « squeezable » (c'est-à-dire qu'il se déforme quand on appuie dessus pour faire sortir le produit), ou encore le polyéthylène téréphtalate (PET) lorsque l'on recherche la transparence maximale. Polypropylène (PP) ou polychlorure de vinyle (PVC) sont moins courants. Les flacons sont donc le plus souvent constitués d'un seul matériau, ce qui facilite par ailleurs les opérations de recyclage puisque les flacons en plastique bénéficient du tri sélectif des emballages soufflés. En cas de besoin cependant, on recourt aux matériaux multicouches. Ce peut être le cas dans le secteur alimentaire pour abaisser la perméabilité à l'oxygène par exemple, mais aussi en beauté pour des formulations sensibles à base de vitamines. Les contenants airless a fortiori tiennent compte des niveaux de perméabilité. Le flacon coextrudé-soufflé Airfree de Plastohm comporte ainsi une couche appelée à se délaminer à l'intérieur du flacon au fur et à mesure de l'utilisation, couche dont la composition variera selon la barrière requise.

Formats normalisés

Les techniques de transformation des plastiques ont beau offrir une liberté de forme toujours plus grande, les flacons doivent se plier aux règles du marché, ce qui restreint la variété de design que l'on constate effectivement dans les rayons. Ainsi les contenances sont-elles très normalisées : 250 millilitres pour un shampoing ou un gel douche, 200 millilitres pour un après-shampoing, 300 millilitres pour du savon liquide, 750 ou 1 500 pour la lessive liquide spécialisée... La hauteur des étagères des rayons de supermarchés est, elle aussi, très codifiée. Résultat : pour présenter la surface de communication maximale, les flacons d'un rayon donné ont pratiquement tous la même hauteur (celle de l'étagère), une profondeur tout juste suffisante pour permettre la stabilité et une face avant de forme développable pour autoriser un étiquetage maximal. Question cols, les flacons des secteurs hygiène beauté optent de plus en plus pour des systèmes de clipsage afin d'offrir à l'utilisateur les facilités de la capsule service. Cette tendance pourrait conquérir l'alimentaire, à commencer par les flacons de mayonnaise ou de ketchup.

Dans la cuisine comme dans la salle de bain, les flacons en verre sont en grâce. Le verre est le matériau de prédilection des composés alcoolisés grâce à ses propriétés barrière, ou encore des produits pharmaceutiques, pour son inertie. Mais s'il est apprécié - malgré sa fragilité - c'est aussi pour son aspect qualitatif. Ainsi, les fonds de teint et autres soins cosmétiques sont souvent conditionnés dans des flacons pompe en verre dans le circuit sélectif, si bien que de nombreuses marques grand public se tournent aussi vers ce matériau dans un souci de différenciation et de montée en gamme. Même les produits de bain et de soin du corps sont concernés : Nivea présente des huiles dans des flacons en verre blanc.

Penser au décor

Le choix d'un flacon ne peut se faire sans avoir au préalable une idée précise du décor que l'on souhaite lui appliquer. L'étiquette est la solution la plus courante et souvent la plus économique. Les manchons thermorétractables sont également très prisés et peuvent accessoirement assurer la fonction d'inviolabilité en même temps que celle de décoration. L'étiquetage dans le moule (IML) combine les avantages : indétectable et inamovible, l'étiquette est posée pendant l'opération de moulage. Ce mode de décor est limité aujourd'hui aux surfaces peu déformées. Ces trois techniques permettent une identification retardée des produits et facilitent donc la gestion des stocks. Les techniques de décor direct comme la sérigraphie, l'offset, ou le marquage à chaud sont utilisées lorsque la géométrie du flacon ne permet pas la pose d'étiquette, que l'on recherche un effet particulier, ou dans le segment haut de gamme lorsque l'on souhaite une finition parfaite sans bord d'étiquette visible.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un projet de recyclage chimique en Suède

Economie circulaire

Un projet de recyclage chimique en Suède

Avec Stena Recycling, Borealis étudie la faisabilité d’une unité sur son site de Stenungsund. Elle entrerait en fonctionnement en 2024. - Le groupe pétrochimique Borealis s’engage davantage dans le[…]

20/04/2021 | SantéTous secteurs
Avec Igloo, Sofrigam veut garder les vaccins au frais

Innovation

Avec Igloo, Sofrigam veut garder les vaccins au frais

Metsä Board accompagne les vaccins anti-Covid chinois

Technologie

Metsä Board accompagne les vaccins anti-Covid chinois

Schreiner Medipharm connecte l’UnoPen d’Ypsomed à l’aide d’une étiquette NFC

Innovation

Schreiner Medipharm connecte l’UnoPen d’Ypsomed à l’aide d’une étiquette NFC

Plus d'articles