Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Des étiquettes moroses en 2009

La rédaction d'Emballages Magazine

Sujets relatifs :

Xerfi anticipe une nouvelle phase de concentration des acteurs français.

Selon une étude récente du cabinet d'études Xerfi, l'industrie française des étiquettes se prépare une année 2009 difficile après une année 2008 déjà très moyenne. Le périmètre traité couvre les étiquettes sèches, adhésives, l'étiquetage dans le moule (IML) et l'identification par radiofréquence (RFID) pour les marchés de l'agroalimentaire, de la pharmacie, de la cosmétique, du transport et de la logistique. "Les producteurs français d'étiquettes connaîtront une nouvelle baisse de régime en 2009. Les signes d'une perte de tonus de la consommation domestique se sont accumulés au cours de la seconde partie de l'année 2008, laissant entrevoir le maintien d'un environnement défavorable en 2009", avance Xerfi. Alors que la croissance du chiffre d'affaires est évaluée à 0,5 % pour 2009, pression sur les prix de vente et hausses des coûts de production vont mettre à mal les trésoreries. Prenant acte d'un marché très atomisé avec quelque 300 entreprises opérant sur le marché français, Xerfi prévoit une nouvelle phase de concentration dans les années qui viennent. "Ces perspectives peu favorables laissent ainsi entrevoir un durcissement des conditions de marché et une intensification de la pression concurrentielle. Dans ces conditions, le mouvement d'érosion du tissu d'entreprises que connaît le secteur depuis le début des années 2000 est appelé à se poursuivre : une centaine d'entreprises a disparu entre 2000 et 2006".

Si l'exportation est clairement un axe de développement pour les Français, Xerfi note cependant que les transformateurs étrangers bénéficient de structures de coûts plus favorables. Enfin, sur le plan technique, les étiquettes font face à des solutions alternatives très convaincantes comme le manchon, l'étiquetage dans le moule (IML) ou encore les films imprimés. En outre, la production intégrée chez les clients constitue une réelle menace pour les spécialistes des étiquettes. Pour s'en sortir, les entreprises françaises doivent se rapprochées, investir dans l'automatisation et innover. Xerfi cite, par exemple, l'acquisition par Azur Adhésifs d'une presse numérique ou encore la reprise par JPL du groupe Etica. Les leaders sont majoritairement adossés à des groupes européens. L'autrichien Constantia Packaging qui possède Sim Edit Imprimeurs et Jeanne d'Arc Emballages, le britannique Grenadier qui possède Lithotec et Paragon, l'américain Spear qui possède Illochroma et le belge Boehlen Packaging avec Bopack se positionnent parmi les dix groupes leaders. A leurs côtés, évoluent des intervenants français d'envergure comme Plasto, CPC, JPL, Iléos et Autajon.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Servier s’engage dans la blockchain avec Embleema

Servier s’engage dans la blockchain avec Embleema

Le laboratoire pharmaceutique a rejoint le Consortium blockchain santé d’Embleema, un réseau dématérialisé d’échanges de données de santé à des fins de recherches.[…]

07/12/2018 |
Des lignes directrices pour les barquettes en PET

Profession

Des lignes directrices pour les barquettes en PET

Anjac Health & Beauty se renforce dans la cosmétique

Acquisitions

Anjac Health & Beauty se renforce dans la cosmétique

DHL teste la livraison par drone en Afrique

DHL teste la livraison par drone en Afrique

Plus d'articles