Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Comment Valois Pharmaindustrialise le Landmark

MARION BASCHET-VERNET

Sujets relatifs :

Avec l'UP4, Valois Pharma a ajouté une unité de production sur son site du Vaudreuil (Eure). Plus de 15 millions d'euros ont déjà été investis.

Directeur général de Valois Pharma, le spécialiste des systèmes d'administration par les voies nasale et pulmonaire, Salim Haffar ne tourne pas autour du pot lorsqu'il évoque la quatrième unité de production (UP4) de Valois Pharma, inaugurée le 4 juin : « C'est le vaisseau amiral de la flotte Valois Pharma au Vaudreuil, l'illustration de notre engagement dans l'innovation et dans de nouvelles niches. » L'entreprise avait invité Marc-Antoine Jamet, maire du Val-de-Reuil et vice-président du conseil régional de Haute-Normandie, Franck Martin, maire de Louviers et président de la communauté d'agglomération de Seine et Eure, et Richard Samuel, préfet de l'Eure.

Fruit d'un investissement de 15 millions d'euros pour les bâtiments et salles blanches, la nouvelle unité a été montée en moins d'une année, un temps record salué par tous et, notamment, Steve Blackledge, vice-président des opérations et de l'approvisionnement chez GlaxoSmithKline, client de Valois Pharma depuis plus de 25 ans.

Nouvelle technologie

« Nous sommes partis d'une page blanche pour finalement choisir, parmi les 55 maquettes proposées, celle qui nous convenait le mieux en termes d'économies d'énergie et de respect de l'environnement », a expliqué Yann Ghafourzadeh, directeur des opérations industrielles du site. Dans la conception de l'UP4, les efforts ont porté sur l'ergonomie et le confort des postes de travail avec une réduction des ports de charges de 75 %. Les bâtiments sont également moins gourmands en énergie, en consommant 30 % de gaz et 20 % d'eau en moins que les autres unités. Des principes qui seront d'ailleurs généralisés à l'ensemble du site.

Autre avancée d'ordre technologique : Valois Pharma a fait la démonstration de sa nouvelle presse brevetée, dite In-Mold-Assembly-Technology (IMAT), qui permet l'assemblage et le moulage d'un poussoir nasal en une seule opération, avec, simultanément, le contrôle à 100 % des pièces déchargées grâce à un robot 6 axes. La machine fonctionne à un rythme de l'ordre de 300 pièces par minute. Le principal intérêt de l'IMAT est d'optimiser la qualité du spray en diminuant sa variabilité. En pratique, une machine est en cours de qualification sur l'UP4 pour une industrialisation prévue en septembre. Une autre fonctionne déjà pour un client pharmaceutique dans l'UP2, « l'objectif étant d'avoir 6 IMAT en fonctionnement d'ici 2011 », précise Yann Ghafourzadeh.

Niches

En complément, l'UP4 affiche comme ambition d'abriter d'ici un à deux ans les premières productions du Landmark, le compteur de doses de Valois Pharma développé pour les patients asthmatiques.

Il faut ajouter que l'UP4 viendra renforcer l'unité UP2 pour la production de valves dans le domaine pulmonaire, pour des traitements visant des pathologies telles que l'asthme et les bronchites chroniques. L'unité UP2 compte pour le moment 16 presses à injecter, ainsi que 8 lignes d'assemblage en salle blanche, classe 10 000. Au final, et d'ici 2011, l'unité UP4 s'étendra sur 8 000 m2 de surface, avec 2 000 m2 de salles blanches, affichant une capacité de production supérieure à 200 millions de dispositifs médicaux par an. Valois Pharma prévoit aussi, à terme, la création nette de 50 emplois sur place.

A noter que la société dispose également sur place d'un centre de recherche et développement (R & D) depuis 2000, d'une unité de conception et de fabrication de joints plats en élastomère pour ses besoins propres, ainsi que d'une unité UP3 destinée à la fabrication de pompes nasales, pour le traitement de la rhinite allergique en particulier. Une forme d'affection de la cavité nasale qui touche environ 10 % de la population mondiale.

Côté nouveautés, Valois Pharma a lancé avec le laboratoire Alcon, aux Etats-Unis, sa première pompe de spray nasal VP7 pour un antihistaminique destiné à la rhinite allergique. Selon une étude d'IMS, la demande de traitements fiables contre la rhinite allergique représenterait des ventes annuelles de l'ordre de 3 milliards de dollars.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Médical : avis de tempête sur le polypropylène

Profession

Médical : avis de tempête sur le polypropylène

La multiplication des cas de force majeure compromet la production d’emballages rigides et souples pour lutter contre la pandémie. - Avis de tempête sur le polypropylène (PP) : les plasturgistes[…]

26/02/2021 | PlastiquesIndicateurs
Avec la pandémie, Aptar compense ses pertes en 2020

Résultats

Avec la pandémie, Aptar compense ses pertes en 2020

L’agence de design Trapèze revoit l’identité globale de Radiante

Technologie

L’agence de design Trapèze revoit l’identité globale de Radiante

ProMach se renforce dans la pharmacie

Acquisitions

ProMach se renforce dans la pharmacie

Plus d'articles