Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Economie circulaire

La cellulose sort du bois

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
La cellulose sort du bois

La bouteille de bière en fibre en est au stade du prototype.

Citeo prospective organisait une journée de réflexion sur l'avenir de la fibre papetière le 21 novembre. -

Quand les plastiques sont sous les feux de la rampe, la cellulose sort du bois. Structure dédiée à la veille et la recherche et développement (R&D) de Citeo, la société agréée pour la valorisation des emballages et papiers ménagers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP), Citeo prospective organisait le mercredi 21 novembre la journée "L"économie circulaire de la fibre : innovations et écoconception". En introduction, Jean Hornain, le directeur général de cette entreprise issue de la fusion d'Eco-Emballages et Ecofolio, a rappelé quelques chiffres… Entre emballages, applications graphiques et presse, la cellulose représente 3 millions de tonnes et un taux de recyclage de 60% pour les seuls emballages.  Des emballages qui à 58% contiennent au moins 50% de fibres recyclées. La contribution annuelle de la fibre s'élève à 329 millions d'euros sur un total de 744 millions en 2017. La presse contribue à hauteur de 22 millions sous la forme de pages de publicité. Pour Jean Hornain, la cellulose est un modèle d'économie circulaire. Directeur technique fibreux de Citeo, Jean-François Robert a ensuite amplement démontré que la cellulose est un matériau stratégique pour l'avenir de l'emballage. Surtout quand des mesures d'interdiction à venir de certains objets en plastique à usage unique rendent la mise au point d'alternatives urgentes. Point central de la matinée : les papiers et cartons sont issus de ressources renouvelables tout en étant compostables, biodégradables, recyclables et[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Pâte à papier : une dernière chance pour Tarascon

Social

Pâte à papier : une dernière chance pour Tarascon

Sous étroite surveillance de l’État, l'usine, menacée de liquidation tout en faisant face à un procès, risque une amende pouvant aller de 50 000 à 500 000 euros. - Après un premier[…]

15/01/2021 | PapierJustice
ProAmpac se renforce dans le snacking

Acquisitions

ProAmpac se renforce dans le snacking

Ima fabrique et emballe des pailles en papier

Réglementation

Ima fabrique et emballe des pailles en papier

Domino’s Pizza s’engage sur le strict nécessaire

Economie circulaire

Domino’s Pizza s’engage sur le strict nécessaire

Plus d'articles