Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

De la cellulose moulée dans les cantines

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
De la cellulose moulée dans les cantines

Cellulopack a mis au point une alternative aux barquettes en plastique avec restOKompost en 2016. -

C’était en 2013 ! A Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne), Olivier Mas lance Cellulopack avec la solide conviction que la cellulose moulée haute densité (CMhd), un matériau à base de fibres vierges ou de papiers et cartons à recycler (PCR), peut se substituer au polypropylène (PP) ou au polystyrène expansé (PSE) dans la restauration et les cantines scolaires. L’usine est inaugurée en mars 2014. Baptisées restOKompost, les premières barquettes compostables à la norme GN dite "gastronorme" sont produites industriellement en 2016. Destinées à être valorisées avec les biodéchets selon les critères de la norme EN 13432, ces barquettes brevetées en CMhd sont doublées d’un film compostable operculable qui assure l’étanchéité à l’eau et aux graisses. Apte au contact alimentaire direct, le film résiste aux hautes températures d’un four traditionnel, soit 140 degrés pendant 40 minutes. Afin de garantir la sécurité sanitaire, l’entreprise utilise des fibres vierges fournies par la papeterie de Saillat-sur-Vienne (Haute-Vienne) d’International Paper.

Consultations

La technologie est prête ; restait à convaincre le marché. Et c’est peut-être le mouvement Cantines sans plastique qui fera pencher la balance. Dans plusieurs villes de France, des parents d’élèves, inquiets pour la santé de leurs enfants en raison de la migration possible de perturbateurs endocriniens, demandent l’interdiction des barquettes en plastique utilisées pour la préparation, le transport et le réchauffage des repas. Au niveau national, plusieurs élus portent le dossier dans le cadre de la loi sur l’alimentation et l'agriculture, dite Egalim. Deux grandes solutions s’offrent alors : le retour à des bacs en inox ou en céramique réutilisables ou le recours à une alternative à usage unique sans plastique. C’est cette deuxième option qui intéresse Cellulopack. Le marché pourrait s’élever à 900 millions d’unités par an. Baptisé Ansamble, le syndicat intercommunal (Sivom) du Haut Médoc, qui livre 35 établissements des communes de Blanquefort, Bruges, Le Pian-Médoc, Le Taillan-Médoc, Ludon-Médoc et Parempuyre, a déjà fait le choix de Cellulopack. Olivier Mas multiplie actuellement les consultations…

Innovation

En croissance de 40% par an, l’entreprise a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’un million d’euros avec 12 salariés. Le développement en 2015 d’un coquetier valide le modèle économique fondé sur l’innovation de Cellulopack. Suite à une consultation des différents acteurs de la cellulose moulée, le fabricant conçoit avec D’aucy un coquetier individuel pour œuf à la coque destiné à la restauration hors domicile (RHD). La coquille est prédécoupée au laser pour simplifier la préparation… Le coquetier est utilisé de la ponte à la table et sert à la cuisson. Après consommation, il est valorisé avec les biodéchets. Un produit extrêmement technique qui fait la fierté d’Olivier Mas, qui a remporté le marché face à des géants. Quant aux porte-gobelets des débuts, ils sont désormais fabriqués à hauteur de 35 millions d’unités par an.   

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Cofepac se positionne sur l’économie circulaire

Profession

Cofepac se positionne sur l’économie circulaire

L’organisme qui représente la filière des emballages à base de papier et de carton appelle à prendre en compte la diversité des emballages. - Le Comité français de l’emballage[…]

22/06/2018 | Carton onduléCarton plat
106e acquisition pour Barry-Wehmiller

106e acquisition pour Barry-Wehmiller

Procos fête ses 20 ans sur Pack & Gift

Procos fête ses 20 ans sur Pack & Gift

Antalis plus fort en Suède

Antalis plus fort en Suède

Plus d'articles