Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Editorial

Quand Apple réduit à la source…

Henri Saporta
Quand Apple réduit à la source…

Le constructeur met 70% d’iPhone 12 en plus par expédition. -

Le 13 octobre, Apple a lancé, devant un amphithéâtre vide pour cause de pandémie, son nouveau téléphone compatible avec le réseau de cinquième génération (5G). Finesse de l’appareil, puissance des puces, détails de l’écran, qualité des photos ou solidité de la vitre : l’entreprise de Cupertino n’a pas lésiné sur les superlatifs pour promouvoir son iPhone 12. Cette débauche de puissance est pourtant conditionnée dans une boîte qui permet de mettre « 70% de produits en plus par expédition ». 70% !!! Il faut bien trois points d’exclamation pour faire ressortir ce chiffre. Pour parvenir à ce résultat spectaculaire, équivalent au retrait du marché de « 450 000 voitures par an », Apple a tout simplement supprimé deux accessoires, les prises électriques et les écouteurs. Dans une approche globale de son empreinte carbone, l'entreprise californienne surfe sur la lutte contre le gaspillage des déchets d'équipement électrique et électronique (DEEE) et la réduction des emballages. Dans une approche classique du couple contenant-contenu et du système d'emballage complet, l’équation est simple : à produit plus compact, emballage plus compact. Un emballage recyclable « à 90% » en carton composé de fibres vierges issues de forêts gérées durablement. 

Porno en HD

Par un curieux concours de circonstances, Apple n’a pas revendiqué pour son iPhone 12 la possibilité de « regarder du porno en HD dans un ascenseur », pour reprendre la provocation du maire écologiste de Grenoble (Isère), Éric Piolle. Reste qu’il est peu probable que la réduction à la source d’un emballage puisse satisfaire les associations de défense de l’environnement qui dénoncent l’obsolescence programmée, l’utilité de la 5G ou encore le recyclage des anciens appareils. Quant aux consommateurs, ils vont devoir continuer à s’interroger sur les subtilités de systèmes de recharge incompatibles entre eux. Dans leur dernier film intitulé Effacer l'historique sorti en 2020, Benoît Delépine et Gustave Kervern pointent, avec leur humour caustique, que chacun se débat dans une jungle de câbles inutiles. Quant à l’absence de contrepartie commerciale pour un appareil qui dépasse largement les 1000 euros pour le modèle le plus sophistiqué, pas sûr qu’elle contribue à faire apprécier les efforts du constructeur pour sauver la planète : Apple s’engage à être 100% neutre en carbone dans dix ans.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Quand casual chic rime avec compostable

Economie circulaire

Quand casual chic rime avec compostable

Avangarde lance sa première collection de vêtements conditionnés dans un sachet Tipa. - Il y a une dizaine d’années, les emballages issus de ressources végétales et pouvant être[…]

Igus met ses câbles sous carton

Technologie

Igus met ses câbles sous carton

Mayr-Melnhof investit pour le e-commerce et l’impression

Investissements

Mayr-Melnhof investit pour le e-commerce et l’impression

Coval lance un caisson à vide pour masques de protection

Technologie

Coval lance un caisson à vide pour masques de protection

Plus d'articles