Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

GS

Sujets relatifs :

,

Il y avait déjà Pharmapact, le groupement d'intérêt économique (GIE) européen conclu entre l'allemand Carl Edelmann, l'anglais MY Healthcare et le français LGR Emballages. Soit 18 sites de production représentant plus de 280 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il y aurait pu avoir aussi Premium Packaging (lire 587), l'équivalent de Pharmapact dans le domaine du cartonnage de luxe. Depuis l'acquisition de Nortier, une « pépite » qui fait référence sur ce secteur, une réflexion stratégique intense s'est en effet engagée chez LGR Emballages pour choisir comment développer cet outil industriel. Or, c'est finalement une tout autre option que le rapprochement d'entreprises qui a été retenue. « Nous avons préféré opter pour la création d'un nouveau site pour Nortier », expliquait, lors d'Emballage 2002, Philippe Ravoire, directeur général de LGR Emballages. Créateur de Cospack établi à Gisors (Eure), Nortier, situé à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), n'était pas assez moderne. Les deux sites seront donc tous deux regroupés en un lieu unique et flambant neuf de 8 500 mètres carrés à Saint-Ouen-l'Aumône (Val-d'Oise). Faisant fi d'une conjoncture maussade dans le secteur du luxe, LGR investit pas moins de 10 millions d'euros dans ce projet de taille, dont la moitié dans les machines. Et pour « faire irruption dans le luxe », LGR a décidé de créer un pôle luxe regroupant les sites de Nortier et celui de Lhomme Emballages établi à Orchies (Nord). Un ensemble qui pèse désormais 24 millions d'euros sur un chiffre d'affaires total de 109 millions d'euros. C'est donc le troisième pôle de l'entreprise après celui de la pharmacie (54 millions d'euros) qui a produit 2 milliards d'étuis en 2002 et celui de la microcannelure (31 millions d'euros). Numéro un français pour le boîtage de pharmacie, numéro deux en microcannelure, LGR Emballages se positionne aussi désormais comme le numéro trois français du cartonnage de luxe. Avec l'objectif « de se développer à l'international au travers d'alliances ou d'acquisitions hors de France pour créer une dynamique internationale forte », prévoit Philippe Ravoire qui estime que le marché du luxe est trop fragmenté jusqu'à présent. De conclure : « Les groupes ont une attente d'offre globale. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Après la vente de CGL Pack, PSB industries se maintient

Résultats

Après la vente de CGL Pack, PSB industries se maintient

La société a publié ses premiers résultats financiers depuis la vente de son pôle agroalimentaire et distribution. – 2018 a été l’année de la réorganisation pour PSB[…]

20/03/2019 | LuxeSanté
Texen accompagne la nouvelle marque de Clarins

Texen accompagne la nouvelle marque de Clarins

Carestia se développe dans les petits étuis

Carestia se développe dans les petits étuis

Seram propose des plaques adhésives sur mesure

Seram propose des plaques adhésives sur mesure

Plus d'articles