Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Imprim’Luxe pousse le Made in France

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
Imprim’Luxe pousse le Made in France

L’association veut capitaliser sur l'émoi provoqué par la crise sanitaire pour faire en sorte que les donneurs d’ordre choisissent des imprimeurs français. -

Assurément l’épidémie du coronavirus a permis a grand nombre de Français d’appréhender différemment leur rapport au travail, à la consommation, à l’environnement. Beaucoup ont été choqués, sinon surpris, par l’absence d’une filière nationale de production de masques de protection ce qui a contraint le gouvernement à commander ces articles à des pays distant des milliers de kilomètres pour faire face aux besoins. Pourtant, les délocalisations étaient devenues la norme, dans les masques chirurgicaux mais aussi dans beaucoup d’autres secteurs comme la mécanique, la pharmacie, le textile. La filière graphique est bien évidemment concernée par ce phénomène, à tel point que non seulement des usines ont disparu mais avec elles des machines, des compétences, des savoir-faire. Face à ce constat alarmant, Imprim’Luxe, se mobilise pour favoriser le Made in France.

Survie et pérennisation

« La survie et la pérennisation de la filière de l’impression, du packaging, de l’ennoblissement et de la communication imprimée en dépendent, » souligne l’organisme dans un communiqué. Cette démarche passe par plusieurs types d’actions qui vont de la prise de conscience des donneurs d’ordre à la nécessaire clarification sur la tarification et les soi-disant surcoûts que le Made in France implique en passant par la lutte contre la contrefaçon. « Pour être efficaces il faut s’adresser aux vrais décideurs, c’est à dire aux directions générales - explique Pierre Ballet (en photo), président d’Imprim’Luxe - car ce sont elles, et elles seules, qui peuvent provoquer le changement et non pas les services achat qui sont plutôt dans une logique de coûts ». Pierre Ballet de citer le cas du président des magasins Système U, Dominique Schelcher qui a décidé de rapatrier en France l’impression des supports publicitaires de l’enseigne, soit 350 millions de prospectus auparavant imprimés en Allemagne et en Belgique. 

Carnet d'adresses

Avec un passé riche de plusieurs expériences de dirigeant dans le secteur de l'imprimerie chez des sociétés comme Partenaires Livres et Euro RSCG, le président d’Imprim’Luxe n’hésite pas à faire jouer le carnet d’adresses pour parvenir à ses fins. Guillaume de Seynes pour Hermès et pour le Comité Colbert, Michel Guten pour Richemond, Coralie de Fontenay pour Cartier, Christian Blanckaert pour EPI, sont régulièrement consultés en tant que « partenaires privilégiés » dudit réseau dont l'activité lobbying incombe à Alain Caradeuc, coprésident de l'association. « Nous cherchons à discuter avec des grands patrons pour leur poser de véritables sujets sur la table, pour comprendre pourquoi ils ne veulent pas travailler avec la France. Il y a des bons élèves qui ont déjà traduit les intentions dans les actes, mais aussi tant d’autres qui nous répondent qu’il y a trop de charges sociales en France. C’est en partie faux. On a envie de réagir, notamment lorsque lesdites entreprises se réclament vertueuses à d’autres égards », se confie Pierre Ballet. Selon l’organisme, à l’heure où les coûts du transport s’accroissent, où la numérisation et l’automatisation relativisent le coût de la main d’oeuvre, où la demande converge vers plus de personnalisation et d’hybridation entre produits et services, la réindustrialisation en France, pendant de la relocalisation, est à nouveau possible et souhaitable. 

Bonne gouvernance

Pour mettre en œuvre sa stratégie, Imprim’Luxe propose la mise en place d’un Comité des Sages édictant des règles de bonne gouvernance en matière de passation de commandes et allant même jusqu’à alerter les pouvoirs publics en cas de manquements. Il prévoit également l’organisation de séminaires de réflexion sous l’égide de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN) réunissant les donneurs d’ordres et les pouvoirs publics sur les enjeux et les atouts de la relocalisation mais aussi l’organisation d’une Table ronde à l’Hôtel de l’Industrie, à Paris, le 5 novembre, réunissant les parties prenantes pour valoriser le « fabriqué en France » renforcer les relations entre les marques et les industriels et promouvoir le potentiel industriel et la capacité d’innovation de la filière de l’impression. Il sera l’occasion justement, lors de cette table ronde de présenter une nouvelle technologie d’identification des imprimés développée par Digital Packaging et permettant aux marques de luxe de reconnaître si un produit est contrefait, à partir de son emballage. 

Créé en 2013 pour répondre à un appel à projet du Ministère de l’Économie, Imprim’Luxe a pour but la défense de l’industrie graphique de qualité et la préservation des savoir-faire d’excellence, avec pour objectif de relocaliser l’impression de luxe en France. L’association Loi 1901 regroupe une cinquantaine de membres parmi lesquels des sociétés de la communication imprimée comme le groupe Agir Graphic, des spécialistes de l’étiquettes à l’instar de Litho Bru, Adesa, des fabricants de manchons rétractables comme Sleever International ou encore des cartonniers comme Nortier Emballage (Firopa), Adine, MPO et Martinenq.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Aptar révolutionne le nomadisme avec Shiseido

Innovation

Aptar révolutionne le nomadisme avec Shiseido

Le spécialiste des systèmes de distribution a conçu un double packaging pour les parfums Shiseido. Le capot imaginé par Aptar peut contenir du jus et être utilisé indépendamment à[…]

23/09/2020 | LuxeParfums
Avec Spice Tool, l’industrie de la beauté pourra concevoir des emballages vertueux

Economie circulaire

Avec Spice Tool, l’industrie de la beauté pourra concevoir des emballages vertueux

Yaskawa étoffe sa gamme de robots scara

Technologie

Yaskawa étoffe sa gamme de robots scara

Le savoir-faire de G. Pivaudran reconnu par le label « Entreprise du patrimoine vivant »

Stratégie

Le savoir-faire de G. Pivaudran reconnu par le label « Entreprise du patrimoine vivant »

Plus d'articles