Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

DS Smith veut traquer le vide

Henri Saporta
DS Smith veut traquer le vide

Le spécialiste de l’emballage en carton ondulé évalue à 46 milliards de dollars par an le coût du vide dans les conteneurs maritimes. -

La nature a horreur du vide. La logistique aussi. Qu’est-ce qu’un espace vide ? Un "espace transporté dans l’emballage et/ou dans le conteneur qui n’est pas occupé par le produit, tout au long de sa supply chain". Selon une étude intitulée L’Économie de l’espace vide menée par DS Smith et Forbes Insights, le vide représente en moyenne 24% du volume des conteneurs expédiés par bateau, soit l’équivalent de 61 millions d’équivalent vingt pieds (EVP) par an. Le bricolage atteint un pic de 35% quand les petits appareils ménagers tombent à 7%. Second segment analysé, l’e-commerce bat toutefois tous les records avec des pics à 62% pour l’équipement de la maison quand l’habillement se satisfait de 18%. La moyenne s’élève à 43%. Compte tenu de l’essor rapide du commerce en ligne, un segment en croissance à deux chiffres depuis plusieurs années, il apparaît très urgent pour DS Smith de régler le problème.

Directions générales

Le spécialiste de l’emballage en carton ondulé considère que chasser le vide des conteneurs maritimes permettrait d’économiser au minimum 46 milliards de dollars (39,6 milliard d’euros) par an et d’éviter l’émission de 122 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Pour DS Smith, seule la mobilisation des directions générales permettra de mener à bien cette nécessaire optimisation. L’étude indique en effet que "70% des logisticiens estiment qu’une réduction du vide entraînerait une réduction de leurs coûts et de leur impact environnemental, mais seulement 39% d’entre eux pensent que leurs dirigeants en sont conscients".

Démarche transversale

Pour Marc Chiron, "l’organisation en silos des entreprises" demeure le véritable obstacle à franchir, car la traque du vide relève d’une démarche transversale et holistique encore peu répandue. Seules les directions générales peuvent donc arriver à concilier les intérêts des services marketing, des achats et de la logistique en utilisant le coût total de possession (TCO). Le directeur du marketing et de l’innovation est convaincu que la première étape consiste à associer le fournisseur de l’emballage de transport dès la conception de l’emballage primaire. Une étape pas si difficile à franchir.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Condi Services change de mains

Condi Services change de mains

Patrick Isaert a cédé la société spécialisée dans le conditionnement et la logistique à Hubert Coisne. - Du mouvement chez Condi Services. La société basée à Mouvaux[…]

Budelpack rachète un concurrent

Budelpack rachète un concurrent

Bleu libellule choisit Plug-and-Carry

Bleu libellule choisit Plug-and-Carry

Chep lance MyChep

Chep lance MyChep

Plus d'articles