Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Acquisitions

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,

Beynel-Manustock produit 2 millions de palettes par an.

Le groupe devient n°1 français et n°2 européen de la palette en bois.

 

« C’est en période de crise qu’il faut investir ». Jean-Louis Louvel, président du groupe PGS commente ainsi l’opération de rachat qu’il vient de réaliser sur la société Beynel-Manustock, leader français de la palette neuve en bois. La transaction, dont le volet financier n’a pas été dévoilé, fait maintenant de PGS (Palette gestion services) l’acteur n°1 de la palette en bois en France et le n°2 au niveau européen avec un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros et 600 salariés au total. Grâce à cette acquisition, PGS, qui est notamment connu pour son activité de reconditionneur de palettes, se dote de nouveaux actifs au niveau de la fabrication. En effet, Beynel-Manustock intègre une bonne partie des activités de la filière, de l’exploitation forestière à la fabrication en passant par le sciage. Créée en 1945, cette entreprise affiche un chiffre d’affaires de 39,5 millions d’euros pour l’année 2008 dont 23% à l’export. Avec une production annuelle de sciages de 155 000 m3 sur son site de Salles (Gironde), la scierie assure à elle seule 8% de la production nationale de pin maritime dont une partie est utilisée pour réaliser des palettes. L’entreprise revendique à elle seule une production annuelle de 2 150 000 palettes. Jacques Beynel, qui présidait à sa destinée, conserve la présidence et 49% du capital de Beynel-Manustock. Il devrait ne pas passer la main avant 2010 afin "d'assurer la pérennité de l’entreprise".
 
Aucune restructuration. Le groupe PGS, qui a expressément indiqué que cette opération ne comportera aucune restructuration, ni licenciements, doit s’atteler à plusieurs chantiers, premier d’entre tous, la crise économique. Jean-Louis Louvel, qui a reconnu une baisse du chiffre d’affaires « due à la fois à la baisse de la demande et à la baisse des prix » et qui estime que « la conjoncture ne devrait pas s’améliorer avant quelques mois » compte jouer sur plusieurs tableaux. Le volet technologique tout d’abord, avec le chantier représenté par l’intégration des technologies d’identification par radiofréquence (RFID) aux palettes. La tempête, ensuite, qui a investi tout le sud-ouest du pays en début d’année, devrait permettre à l’entreprise de disposer de grandes ressources de matière première à bon compte. Près de 10 millions de tonnes de bois doivent en effet trouver preneur ou être stockées rapidement .   

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Les entreprises françaises achètent plus de robots

Les entreprises françaises achètent plus de robots

Quelque 4658 machines ont été installées en France en 2018. - La France serait-elle en train de combler son retard par rapport aux autres pays industrialisés en matière de robotisation ? Tout porte à le[…]

14/05/2019 | IndustrieRobots
Des puces NFC dans les bouchons

Des puces NFC dans les bouchons

Une poignée chez Lima adhésifs

Une poignée chez Lima adhésifs

Duo emballages signe avec Schütz

Duo emballages signe avec Schütz

Plus d'articles