Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Acquisitions

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,

Beynel-Manustock produit 2 millions de palettes par an.

Le groupe devient n°1 français et n°2 européen de la palette en bois.

 

« C’est en période de crise qu’il faut investir ». Jean-Louis Louvel, président du groupe PGS commente ainsi l’opération de rachat qu’il vient de réaliser sur la société Beynel-Manustock, leader français de la palette neuve en bois. La transaction, dont le volet financier n’a pas été dévoilé, fait maintenant de PGS (Palette gestion services) l’acteur n°1 de la palette en bois en France et le n°2 au niveau européen avec un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros et 600 salariés au total. Grâce à cette acquisition, PGS, qui est notamment connu pour son activité de reconditionneur de palettes, se dote de nouveaux actifs au niveau de la fabrication. En effet, Beynel-Manustock intègre une bonne partie des activités de la filière, de l’exploitation forestière à la fabrication en passant par le sciage. Créée en 1945, cette entreprise affiche un chiffre d’affaires de 39,5 millions d’euros pour l’année 2008 dont 23% à l’export. Avec une production annuelle de sciages de 155 000 m3 sur son site de Salles (Gironde), la scierie assure à elle seule 8% de la production nationale de pin maritime dont une partie est utilisée pour réaliser des palettes. L’entreprise revendique à elle seule une production annuelle de 2 150 000 palettes. Jacques Beynel, qui présidait à sa destinée, conserve la présidence et 49% du capital de Beynel-Manustock. Il devrait ne pas passer la main avant 2010 afin "d'assurer la pérennité de l’entreprise".
 
Aucune restructuration. Le groupe PGS, qui a expressément indiqué que cette opération ne comportera aucune restructuration, ni licenciements, doit s’atteler à plusieurs chantiers, premier d’entre tous, la crise économique. Jean-Louis Louvel, qui a reconnu une baisse du chiffre d’affaires « due à la fois à la baisse de la demande et à la baisse des prix » et qui estime que « la conjoncture ne devrait pas s’améliorer avant quelques mois » compte jouer sur plusieurs tableaux. Le volet technologique tout d’abord, avec le chantier représenté par l’intégration des technologies d’identification par radiofréquence (RFID) aux palettes. La tempête, ensuite, qui a investi tout le sud-ouest du pays en début d’année, devrait permettre à l’entreprise de disposer de grandes ressources de matière première à bon compte. Près de 10 millions de tonnes de bois doivent en effet trouver preneur ou être stockées rapidement .   

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Verallia harmonise son sigle verrier dans le monde

Verallia harmonise son sigle verrier dans le monde

Le groupe verrier a choisi d’unifier le sigle figurant sous ses bouteilles et ses pots dans toutes ses usines. – Désormais, il sera possible de reconnaître une bouteille ou un pot fabriqué par Verallia d’un[…]

11/02/2019 | BoissonsIndustrie
Le suramortissement est de retour

Le suramortissement est de retour

Serac renouvelle la gamme RB

Serac renouvelle la gamme RB

No-Nail Boxes sur All4Pack

No-Nail Boxes sur All4Pack

Plus d'articles