Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Investissements

DS Smith modernise sa cartonnerie de Rouen

Henri Saporta
DS Smith modernise sa cartonnerie de Rouen

Deux robots assurent les opérations de manutention de plaques lourdes.

Le spécialiste du carton ondulé s’appuie sur une onduleuse très polyvalente pour répondre aux attentes très diverses de l’industrie. -

Grâce à un investissement d’environ 6 millions d’euros programmé entre 2020 et 2021, la cartonnerie de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) de DS Smith Packaging France déploie actuellement des équipements de toute dernière génération. Spécialisée dans les emballages pour l’industrie, cette usine d’une centaine de salariés, petite mais très polyvalente, doit jongler en permanence avec des changements de production drastiques. Tailles extrêmes des emballages, compositions très variées des plaques, choix pointus des amidons de collage : l’usine gère les exceptions au quotidien. Tout commence, comme il se doit, par l’onduleuse de BHS : le constructeur allemand a entièrement changé plusieurs sections de cette machine très particulière, car équipée de quatre simples faces. Historique, cette particularité permet de passer d’une production à une autre avec une très grande souplesse grâce au temps masqué. Souplesse qui passe également par le choix de bobines de papier pour ondulé (PPO) aux laizes adaptées aux commandes afin d’éviter les contraintes liées à la taille des emballages ne permettant que rarement de faire des amalgames. Mais c’est bien la nouvelle section de séchage qui a fait basculer l’équipement dans un nouveau monde. Par opposition à l’inertie de la fonte, la tôle des nouvelles tables chauffantes ne conserve pas la chaleur. L’onduleuse consomme donc 40% de vapeur en moins et peut passer beaucoup plus rapidement d’une triple à une double cannelure. Réactivité, productivité et qualité sont au rendez-vous. Tourné vers l’impression directe pour réaliser les marquages en une ou deux couleurs, le site recourt aussi à la préimpression en fonction des besoins.

Triple cannelure

Notamment implanté dans l’automobile, les meubles et le bâtiment, le site fabrique régulièrement des emballages de très grande taille en triple cannelure. Imposantes avec des poids supérieurs à 20 kg, des plaques de 5,50 m de long sur 2,10 m posent de réels problèmes de manutention, notamment en termes de troubles musculo-squelettiques (TMS). C’est pourquoi le site est désormais équipé d’une cellule de transformation robotisée. Positionnés en entrée et sortie, deux robots assurent la manutention quand les opérateurs se concentrent sur l’assemblage et le collage sur un banc mécanisé. C’est la même démarche qui a conduit à associer un robot à la table de découpe du bureau d’études et des méthodes. Usine dans l’usine, cet atelier est dédié aux échantillons, prototypes et maquettes fonctionnelles, mais aussi aux petites séries. La souplesse encore… Dans le cas des pare-brise, l’emballage est ainsi constitué d’un cadre en bois, d’une ceinture de protection en carton et de feuillards de fixation. En phase de qualification, toutes les fonctionnalités sont testées dans l’atelier en présence du client…   

Emballages industriels

Avec Saint-Just-en-Chaussée (Oise) et Kunheim (Haut-Rhin), le britannique DS Smith compte en France trois sites dédiés aux emballages industriels. Mais le site normand illustre parfaitement le destin parfois étonnant des établissements. Créée en 1998 par le français Otor, la cartonnerie venait alors compléter la papeterie de Saint-Étienne-du-Rouvray reprise au finlandais UPM-Kymmene. Le site est passé en 2008 dans le giron de l’espagnol Europac pour devenir Europac cartonnerie de Rouen (ECR). DS Smith ayant repris Otor en 2010, puis Europac en 2019, l’usine est finalement revenue dans un environnement connu. En modernisant cette unité dirigée depuis peu par Frédéric Bovin, DS Smith se dote d’un outil à la pointe de la technologie afin de répondre aux attentes les plus pointues de l’industrie. Recyclable et recyclé, le carton ondulé, selon DS Smith, séduit par sa souplesse et ses qualités de protection – edge crush test (ECT) et résistance à la compression verticale (RCV) – quand les navettes pâtissent de problèmes d’usure, voire de vol avec la contrainte de la logistique des retours à vide. Sans compter le grand export. La souplesse toujours.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Braincube ou le miracle du « big data »

Technologie

Braincube ou le miracle du « big data »

L’entreprise auvergnate prépare une nouvelle levée de fonds pour asseoir sa croissance - À Issoire (Puy-de-Dôme), Braincube a fait du « big data » son cheval de bataille. Implantée[…]

14/04/2021 | Industrie
IA : « Chez Omron, nous entrons dans l’ère du réflexe »

Entretien

IA : « Chez Omron, nous entrons dans l’ère du réflexe »

Les sacs en kraft améliorent leur profil environnemental

Profession

Les sacs en kraft améliorent leur profil environnemental

Adivalor confirme ses ambitions

Economie circulaire

Adivalor confirme ses ambitions

Plus d'articles