Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

« Plus de 95% des emballages de beauté sont à usage unique, notre programme Return•Refill•Repeat va changer cela », assure Jo Chidley, cofondatrice de Beauty Kitchen

Tiziano Polito
« Plus de 95% des emballages de beauté sont à usage unique, notre programme Return•Refill•Repeat va changer cela », assure Jo Chidley, cofondatrice de Beauty Kitchen

Jo Chidley, co-fondatrice de Beauty Kitchen.

Beauty Kitchen veut implanter 1000 stations de remplissage pour favoriser la vente en vrac et réduire l'utilisation d'emballages en plastique. Sont concernés ses propres produits de soin mais aussi ceux des grands groupes pour lesquels l'entreprise écossaise met à disposition son expertise et ses automates de remplissage, développés avec RBC Group. L'application à grande échelle de ce modèle pourrait permettre d'économiser jusqu'à 100 millions de bouteilles en plastique. -

Fondé en 2014 par Jo et Stuart Chidley, Beauty Kitchen s’est imposé un modèle de développement basé sur l’efficacité de ses produits, leur origine 100% naturelle et un impact moindre sur l’environnement. Cette politique passe par la vente en vrac et la réutilisation des emballages avec un objectif final : la lutte contre le plastique. Pour ce faire, la marque écossaise veut implanter 1000 stations de remplissage d’ici à 2021 chez les détaillants, les grandes surfaces, les espaces publics et les écoles. Sont concernés ses propres produits mais aussi ceux des autres marques pour lesquels elle veut mettre à disposition son expertise. Elle leur propose un automate finalisé, conçu par son fournisseur RBC Group, incorporant une imprimante d’étiquettes et un lecteur de QR codes. La première station de remplissage vient justement d’être mise en service à Leeds (Royaume-Uni), dans un magasin de la chaîne Asda, pour le compte d’Unilever qui s’en sert pour vendre shampoing, lessive, savon liquide et autres gels douches. Explications avec Jo Chidley.

Emballages Magazine : Quels sont les objectifs de votre programme Return • Refill • Repeat ? 

Jo Chidley : Notre programme de reremplissage s’inscrit dans une démarche globale qui consiste à transformer l'industrie de l'emballage afin que le modèle dominant, basé sur une approche linéaire, devienne circulaire. Ce mode de fonctionnement, qui considère tous les aspects du cycle du produit, du berceau au berceau, permettra d’éliminer les gaspillages. Nous ne voulons pas nous limiter uniquement à la beauté. Et pas uniquement à nos produits. Nous recevons tous les jours des marques d'intérêt de la part d'entreprises situées au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Notre dernier partenariat avec Unilever a consisté à leur fournir des stations de recharge Return • Refill • Repeat pour les aider dans le cadre de leur propre mission de développement durable. Plus de 95% des emballages de beauté sont à usage unique, soit environ 115 milliards d'emballages, et notre programme va changer cela.

Combien de stations de remplissage allez-vous installer ?

L'objectif est d’installer 1000 stations de remplissage d'ici à la fin de l'année prochaine dans le commerce de détail, les grandes surfaces, les espaces publics, les lieux d'enseignement et plus encore. Nous venons de mettre en service nos trois premières stations de recharge au Royaume-Uni, pour Unilever.

Comment fonctionne une station ?

Le client choisit le produit Unilever qu'il désire acheter - par exemple, un shampooing, un soin pour la peau ou une lessive - sur l'écran de la machine puis la référence souhaitée lui est délivrée dans une bouteille en aluminium. Celle-ci est destinée à être réutilisée et remplie plusieurs fois sur la machine. Le consommateur est donc censé la rapporter.  

Comment faites-vous pour l’étiquetage des mentions obligatoires ?

Il y a deux étiquettes sur les bouteilles : l'une est propre à la bouteille et au programme Retour • Retour • Refill et inclut un QR unique ; l'autre est imprimée par la machine lors du processus de remplissage et comprend des informations légales spécifiques relatives au produit choisi, c'est-à-dire les ingrédients, le code-barres, la dénomination.

Un système basé sur la récupération et le lavage des bouteilles

Et ensuite, nettoyez-vous vous-mêmes vos bouteilles ? Comment les récupérez-vous ?

Les clients Unilever lavent eux-mêmes leurs bouteilles puis les reremplissent. Pour nos propres produits, c’est différent. Notre programme Return • Refill • Repeat est basé sur un modèle circulaire avec un système de récupération de nos emballages. Lorsque les clients ont terminé leurs produits Beauty Kitchen, ils peuvent nous retourner l'emballage, soit en le rapportant en boutique soit en le déposant dans un relais colis. Ensuite, nous nettoyons les bouteilles dans nos propres installations et les remettons dans le circuit afin qu’elles soient réutilisées. C'est complètement zéro déchet.

Un QR code est imprimé sur chaque bouteille rechargeable. A quoi sert-il ?

Il était important pour nous d'inclure ce QR code sur les bouteilles de nos stations de recharge afin que les clients puissent s'engager personnellement dans le processus de réutilisation. Le QR code, unique, permet en effet de suivre le cycle de vie des bouteilles, notamment le nombre de fois qu'elle a été réutilisée, le produit qu’elle contient et la quantité de plastique qu’elle a permis d’économiser. Lorsque les clients reviennent pour la recharger, la machine scanne le code pour reconnaître la bouteille et télécharger les informations qui permettront de mettre à jour son historique. Tant la technologie de traçabilité de l'emballage que la machine de remplissage ont été développées et fabriquées au Royaume-Uni dans le cadre d'un accord exclusif que nous avons signé avec le groupe RBC, spécialisé dans les solutions pour la grande distribution.

"Un énorme changement dans l'industrie"

Quels sont vos plans pour l'avenir ?

L'aventure de Beauty Kitchen ne fait que commencer. L’un de nos principaux objectifs est de développer notre programme Return • Refill • Repeat et de multiplier les stations de recharge pour répondre à la demande du marché. Nous aimerions aussi que la marque Beauty Kitchen devienne le choix numéro un pour les consommateurs qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable. Actuellement, nous discutons avec de nombreux détaillants et marques à travers le monde pour rendre la réutilisation et le remplissage accessibles au plus grand nombre. Je pense que cela va créer un énorme changement dans l'industrie. Nous voulons aussi nous positionner en tant qu'experts pour soutenir dans cette démarche les autres entreprises, qu’il s’agisse de petites sociétés indépendantes ou de grands groupes.

Propos recueillis par Tiziano Polito

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Pour Noël, Cosfibel met en orbite le dernier coffret Diesel

Technologie

Pour Noël, Cosfibel met en orbite le dernier coffret Diesel

Le fabricant de coffrets premium pour la parfumerie-cosmétique a réalisé le coffret de la campagne de Noël de Diesel. Cosfibel a mené avec ce projet une démarche d’écoconception[…]

La Febea décrypte les cosmétiques avec son application Claire

Profession

La Febea décrypte les cosmétiques avec son application Claire

Le papier Sylvicta est translucide et très haute barrière

Economie circulaire

Le papier Sylvicta est translucide et très haute barrière

Un Oscar de l’emballage pour Autajon Labels

Concours

Un Oscar de l’emballage pour Autajon Labels

Plus d'articles