Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Plus d’économie circulaire dans les cosmétiques

Pierre Monnier
Plus d’économie circulaire dans les cosmétiques

© Twitter / CC / @FEBEA_FR

La Fédération des entreprises de la beauté (Febea) a dévoilé son premier Livre blanc. Elle y recense 120 bonnes pratiques pour aider le secteur à devenir plus écologique. –

En finir avec le cycle linéaire – extraire, produire, consommer, jeter –, voilà ce que souhaite la Fédération des entreprises de la beauté (Febea). Le syndicat professionnel du secteur cosmétique, qui réunit quelque 350 membres, a dévoilé le 14 mars son premier Livre blanc. Son objectif ? Inciter les marques à s’engager dans l’économie circulaire. La Febea a recensé 120 bonnes pratiques auprès de 57 marques autour de trois enjeux : l’écoconception, la production durable et la consommation responsable. Des matières premières au tri après utilisation en passant par les emballages, les initiatives mises en avant couvrent l’ensemble de la chaîne de production.

Un impact sur les emballages

Pour limiter l’impact environnemental des formules, la Febea préconise l’emploi d’ingrédients naturels, si possible cultivés localement, à l’image d’Yves Rocher et de ses 55 hectares d’agriculture biologique implantés autour de son siège de La Gacilly (Morbihan). Autre bon point de la marque du groupe Rocher, la concentration des formules qui s’est intensifiée depuis quelques années – notamment dans les déodorants. Elle propose depuis l’été 2017 une gamme de gels douche passée de 400 ml à 100 ml pour un même nombre d’usages. Pourtant, cette démarche aurait pu être inutile si les consommateurs n’avaient pas réduit leur propre dose. Un détail que les équipes d’Yves Rocher avaient anticipé en se rapprochant d’Aptar Beauty + Home. Le spécialiste des bouchons et des pompes a fourni son système de fermeture Snap Top combinée avec la valve en silicone SimpliSqueeze. Grâce à cette formule concentrée, l’utilisation de matière plastique est divisée par deux. Idem pour les gaz à effet de serre liés à la production.

Si le travail sur les formules peut être une piste du développement durable, les changements apportés sur cette partie impactent les emballages. Le choix d’un packaging écologique est d’ailleurs le point d’entrée de la plupart des marques pour montrer leur engagement dans le domaine. Même chez les maisons de luxe. Guerlain est cité en exemple pour sa volonté d’atteindre 100% de produits écoconçus d’ici à 2020. Une démarche qui porte d’ores et déjà ses fruits puisque 35 tonnes de carton plat sont économisées chaque année par la marque du groupe LVMH après avoir revu la conception de ses coffrets pour parfum, dont la taille a été[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Val Laquage soigne sa qualité

Val Laquage soigne sa qualité

L’entreprise, spécialisée dans le parachèvement de flacons en verre, a obtenu la certification Iso 9001 version 2015. – « C’est un travail qui a pris du temps et a impliqué le personnel[…]

13/12/2018 | Luxe
Les parfums Mizensir se parent d’étiquettes Mill

Les parfums Mizensir se parent d’étiquettes Mill

PCD et ADF misent sur l’expérience visiteur

Agenda

PCD et ADF misent sur l’expérience visiteur

Anjac Health & Beauty se renforce dans la cosmétique

Acquisitions

Anjac Health & Beauty se renforce dans la cosmétique

Plus d'articles