Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Acquisitions

« Notre temps de fabrication sera désormais 100 % packaging », se réjouit Vincent Joffre, le directeur commercial de PRP création

« Notre temps de fabrication sera désormais 100 % packaging », se réjouit Vincent Joffre, le directeur commercial de PRP création

Vincent Joffre est le directeur commercial de PRP création.

© Nathalie Oundjian

Avec la cession de ses pièces techniques à Bobitech, PRP création se consacre uniquement aux emballages pour la cosmétique et la beauté. Vincent Joffre, le directeur commercial du plasturgiste, explique en quoi cette opération va bénéficier à l’entreprise. –

PRP création a annoncé le 9 septembre la reprise de son activité « pièces techniques » par Bobitech. Avec cette cession, le plasturgiste d’Oyonnax (Ain) se recentre sur son marché principal : la cosmétique-parfumerie et l’hygiène-beauté. En se séparant de cette activité « décalée », l’entreprise a pu moderniser son outil de fabrication, mais surtout réorganiser son bureau d’études. Des changements que nous détaille Vincent Joffre, le directeur commercial de PRP création.

Emballages Magazine : Pourquoi avez-vous choisi de vous séparer de cette activité ?

Vincent Joffre : Cette cession répond à deux objectifs. D’abord le recentrage de PRP création autour de la cosmétique et de la beauté. Même si nous réalisions des pièces d’aspect, elles étaient en décalage avec notre cœur d’activité. Cela demandait de gérer des matières qui ne cohabitent pas parfaitement avec le domaine de la cosmétique.

Ensuite, cette opportunité nous permet de renouveler notre parc machine. Dans les prochains jours, nous installerons huit nouvelles presses à injecter – entièrement électriques et toutes équipées de robots –, qui seront davantage adaptées à nos besoins. Avec des tonnages plus petits, de 90 à 300 tonnes, nous pourrons réaliser l’ensemble de nos produits : du bouchon jusqu’au packaging.

« Mieux répartir les compétences au sein de notre bureau d’études »

Doit-on s’attendre à un gain en capacité de production ?

Indirectement, il y aura une amélioration. Un parc machine plus récent affiche des temps de cycle plus courts. Mais surtout, c’est en termes d’heures disponibles que nous allons y gagner. Les pièces techniques étaient plus grosses et donc plus longues à produire. Environ 70 % de notre durée de fabrication était consacrée à cette activité contre 30 % à la cosmétique. Le temps sera désormais intégralement consacré au packaging.

Cette opération a-t-elle un impact sur votre personnel ?

Non, nous conservons nos ressources humaines et, avec eux, l’expérience acquise dans l’injection. Cette activité était un héritage de Sermi Plast qui a été intégré au sein de PRP création lors de la reprise par STLinks en 2017. Cela nous permet de mieux répartir les compétences au sein de notre bureau d’études. Si nous gardons un expert en matériau, les deux experts process se partageront entre les corps creux et les corps pleins. Auparavant, la séparation s’orientait davantage entre les pièces techniques et le packaging.

« Un double avantage : renouveler nos machines et acquérir de la trésorerie »

L’assemblage est également l’un des points que vous pourrez mettre davantage en avant.

Effectivement, l’expertise – toujours issue de Sermi Plast – sera désormais disponible pour la partie packaging. Ce qui pourrait avoir son importance pour l’assemblage et le montage de capots ou d’emballages de maquillage. PRP création dispose d’une structure en Tunisie pour l’assemblage de petites et moyennes séries. Mais nous nous réservons le droit de concevoir des machines d’assemblage pour les process spécifiques. D’ailleurs, nous le faisons déjà avec les solutions airless à poche.

Est-ce que le contexte de l’épidémie de Covid-19 a précipité cette cession à Bobitech ?

Pas de notre côté. La réflexion est en place depuis un moment. Nous avons eu le double avantage de renouveler nos machines et d’acquérir de la trésorerie. Pour PRP création, cet apport de fonds nous servira aussi bien dans une perspective de croissance externe qu’en cas de nouvelles baisses d’activité si l’épidémie repart.

En revanche, cela a pu jouer chez l’acheteur. La plasturgie connaît un recul des gros marchés que sont l’aéronautique et l’automobile. Il est donc judicieux pour une entreprise de faire l’acquisition d’un fonds de commerce dans le petit électroménager, la domotique, l’électricité ou le bâtiment. D’autant plus que le plan de relance devrait porter ces domaines d’activité.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Dior Homme Original s’habille de Surlyn avec Axilone

Technologie

Dior Homme Original s’habille de Surlyn avec Axilone

La résine de Dow a séduit la maison de luxe pour le capot de son nouveau parfum Dior Homme Original. Axilone a donc injecté un bloc de Surlyn pour réaliser la pièce qui surmonte le flacon de la fragrance.[…]

24/09/2020 | PlastiquesParfums
Aptar révolutionne le nomadisme avec Shiseido

Innovation

Aptar révolutionne le nomadisme avec Shiseido

Avec Spice Tool, l’industrie de la beauté pourra concevoir des emballages vertueux

Economie circulaire

Avec Spice Tool, l’industrie de la beauté pourra concevoir des emballages vertueux

Le savoir-faire de G. Pivaudran reconnu par le label « Entreprise du patrimoine vivant »

Stratégie

Le savoir-faire de G. Pivaudran reconnu par le label « Entreprise du patrimoine vivant »

Plus d'articles