Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

La pharmacie distille sa posologie en beauté

ANNE FRITSCH

Sujets relatifs :

, ,

La vieillesse est une maladie qui se soigne ! Voilà la réconfortante suggestion de ces cosmétiques qui prennent des allures de médicaments. Qu'est ce qui leur donne ce cachet ? La notice d'abord, qu'a adopté la plupart des soins de la peau. Le médicament évoque aussi un petit conditionnement, des doses unitaires, des blisters qui protègent gélules ou comprimés. Aussi ce conditionnement arrive-t-il au rayon beauté pour un produit coup d'éclat tenseur chez Diadermine ou de maquillage chez Bourjois. Les produits concernés doivent assurer un effet puissant et correspondre, si possible, au concept de « cure » ou de « traitement de choc », tout comme un médicament est prescrit sur une période limitée pour obtenir un effet donné.

Au-delà du clin d'oeil pharmaceutique, le fond de teint Bulles d'éclat de Bourjois joue sans doute la connivence féminine. La disposition circulaire des monodoses de 0,3 millilitres dans un blister à fond en aluminium et le conditionnement par trois évoquent les pilules contraceptives. En revanche, chaque plaquette comprend 12 doses et une mention au dos avertit : « Ne pas avaler » !

Les marques d'institut sont bien placées pour proposer des soins à mode d'emploi complexe et aux présentations évoquant l'univers médical. Leurs clientes, en effet, aiment à croire que les symptômes du vieillissement cutané se combattent avec des soins scientifiquement élaborés. Elles n'hésitent pas à consacrer du temps à leur beauté et y voient même un gage de réussite. Les conditionnements unitaires et les modes d'emploi élaborés sont tout à fait indiqués. Cette complexité ne doit pas entraver le plaisir de s'occuper de soi que recherchent les clients d'institut : beauté et richesse visuelle, agrément des parfums et des textures.

Préparation à reconstituer

Ainsi, quelle sophistication dans la galénique de la « double cure » de 14 jours pour le contour des yeux de la marque d'institut Guinot ! Les produits différenciés jour/nuit sont présentés dans un conditionnement complexe de Virospack. Les substances lyophilisées contenues dans le bouchon se libèrent par pression au dernier moment pour se mélanger aux autres actifs conservés sous forme liquide dans le flacon prévu pour sept jours. On remplace alors le bouchon par le compte-gouttes. Flacon, compte-gouttes, durée de vie éphémère et mode d'emploi sophistiqué rappellent fortement les préparations pharmaceutiques à reconstituer, ou encore les collyres. Seuls l'or des bouchages et le coffret luxueux rappellent qu'il s'agit de beauté.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Comment fonctionne la fontaine vrac de L’Occitane

Innovation

Comment fonctionne la fontaine vrac de L’Occitane

La marque de produits cosmétiques a dévoilé une machine de « reremplissage » pour proposer une alternative aux flacons en plastique. Les consommateurs peuvent d’ores et déjà passer aux[…]

Texen réalise le gel sourcils de Make Up For Ever

Technologie

Texen réalise le gel sourcils de Make Up For Ever

Albéa renforce son partenariat avec Erpro 3D Factory

Technologie

Albéa renforce son partenariat avec Erpro 3D Factory

Un sticker pour valoriser l’engagement écoresponsable

Profession

Un sticker pour valoriser l’engagement écoresponsable

Plus d'articles