Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Investissements

L’usine d’anodisation d’Aptar renaît de ses cendres à Annecy

Pierre Monnier
L’usine d’anodisation d’Aptar renaît de ses cendres à Annecy

Ravagé par un incendie en juin 2016, le bâtiment d'anodisation de l'usine Aptar d'Annecy a été inauguré le 18 juin 2019.

© Aptar

Le site haut-savoyard spécialisé dans la colorisation des pièces métalliques par traitement chimique a inauguré sa nouvelle unité de production, la précédente ayant été ravagée par un incendie à l’été 2016. –

Avec l’inauguration du site d’Annecy (Haute-Savoie) le 18 juin, Aptar a mis un terme à deux années de reconstruction. En invitant ses clients et collaborateurs, l’entreprise a célébré la renaissance de l’usine d’anodisation du groupe pour l’ensemble de l’Europe. Un incendie s’était déclaré le 26 juin 2016 dans l’enceinte la plus importante du site, celle où les composants d’emballage en métal sont plongés dans des bains chimiques afin de leur donner la couleur souhaitée par le client. Grâce à une évacuation efficace et à l’intervention rapide des pompiers, l’entreprise n’avait pas eu de victime à déplorer.

Réaménager les outils de production

Cependant, sur le plan industriel, les dégâts se sont révélés plus importants. « La partie qui a brûlé représente moins de 25 % de la surface du site, mais c’est à cet endroit que 80 % de la production est réalisée », précise Jean-François Regnier, le directeur de l’usine d’Annecy. Pour autant, certains équipements ont pu être sauvés. « Sur les onze machines présentes, cinq ont été transférées dans le bâtiment historique, non touché par l’incendie, se souvient-il. Pour le reste, des lignes d’anodisation ont été louées chez des fournisseurs extérieurs. » Au total, l’usine n’aura été à l’arrêt que deux semaines, le temps de sécuriser les lieux et de réaménager les outils de production afin de garantir l’emploi des salariés.

« Le feu est désormais derrière nous, une nouvelle page s’ouvre », insiste le directeur d’Aptar Annecy. L’incendie et la reprise du travail dans le bâtiment en août 2018 auront malgré tout nécessité un investissement de 20 à 25 millions d’euros. Désormais refaite à neuf, la structure dédiée à l’anodisation a permis de séparer les activités parfumerie et santé. Un soulagement administratif pour Aptar qui devait répondre aux exigences pharmaceutiques pour l’ensemble du processus, même lorsque les modifications ne concernaient que les pièces pour les emballages de parfum. La méthode de fabrication a elle aussi été améliorée, à en croire les cadences de production. « Avant l’incendie, entre 7,5 et 8 millions de pièces étaient fabriquées chaque jour, indique[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

ID Scent réinvente la découverte du parfum avec l’applicateur Scentouch

Innovation

ID Scent réinvente la découverte du parfum avec l’applicateur Scentouch

La société française spécialisée dans l’imprégnation de parfums a dévoilé lors de Luxe Pack Monaco son applicateur Scentouch. ID Scent espère mettre en place une nouvelle[…]

01/10/2019 | LuxeLuxe Pack
Shiseido lance un plan d’investissements incluant ses usines françaises

Investissements

Shiseido lance un plan d’investissements incluant ses usines françaises

L’édition 2019 de Luxe Pack Monaco ouvre ses portes

Rendez-vous

L’édition 2019 de Luxe Pack Monaco ouvre ses portes

Pour ses 110 ans, Wauters se lance dans la microperforation avec Delta composants

Rendez-vous

Pour ses 110 ans, Wauters se lance dans la microperforation avec Delta composants

Plus d'articles