Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Franc succès pour une première

Sujets relatifs :

,

Présidée par Jean-Jacques Etienne, président de la Société française de cosmétologie (SFC), le professeur Gilles Bureau, directeur de l'ESIEC, Laurent Houel, directeur marketing international d'YSL Beauté, la première édition de Parfums Cosmétiques Design (PCD), organisée par Oriex en partenariat avec Emballages Magazine, a rencontré un franc succès. Devant 654 participants, une bonne vingtaine d'intervenants ont fait part des principales innovations et préoccupations du secteur. En parallèle, une quinzaine d'entreprises exposaient leurs solutions permettant aux congressistes de visualiser des sujets explorés lors des conférences.

Horizons variés. L'idée de ce colloque remonte à quelques années... Jean-Pierre Appert, organisateur avec Oriex de Pharmapack et Nutripack, a dû convaincre avant de séduire. Il est vrai qu'il n'est pas toujours aussi simple et facile de rassembler des professionnels d'horizons variés, hommes de marketing, techniciens du produit et spécialistes du packaging. Reste qu'au vu du succès remporté, le besoin se faisait réellement sentir. « Malgré les difficultés qu'ils rencontrent conjointement, les acteurs se sentent frustrés chacun de leur côté », n'a pas hésité à affirmer, dès l'ouverture, Jean-Jacques Etienne. « Les spécialistes du packaging voudraient en savoir plus sur le produit qui va entrer dans l'emballage et, de leur côté, les acteurs de la formulation voudraient aussi connaître un peu plus les matériaux qui vont se trouver au contact de leur produit ». Même si tous les problèmes de compatibilité contenu/contenant devraient être envisagés au moment du développement, et notamment par le biais des tests de vieillissement, les professionnels savent bien, du fruit de leur expérience, que ces derniers ne révèlent pas toujours d'éventuelles petites anomalies ou encore qu'un changement, même minime, d'un ingrédient ou la modification d'un matériau peuvent générer des phénomènes imprévisibles et fâcheux.

Un cadre juridique parfois oublié. Pourtant, il existe aussi un cadre réglementaire qui oblige marques et fabricants à détailler les composants de leurs produits. Chacun s'accorde sur le fait que, dans le domaine du parfum notamment, la complexité des formules mais aussi une volonté de garder secrètes certaines « recettes » incitent à une relative discrétion de la part des divers acteurs. Et cela malgré les décrets issus de la loi Veil de 1975 ou encore la directive 93/35/CEE dont la transposition a été faite dans la loi française 98-535 du 1er juillet 1998 concernant la veille sanitaire. Côté conditionnement, de véritables exigences existent aussi bel et bien. Les textes réglementaires imposent une réelle transparence quant à la composition des matériaux et à leur recyclabilité, « même si là encore, comme le précise Jean-Jacques Etienne, les acteurs concernés, trop occupés sur d'autres terrains, ont tendance à les oublier (un peu) au moment du lancement de nouveaux produits ».

Participer très en amont. Autant d'interrogations qui amènent à redéfinir le rôle de l'ingénieur packaging mais aussi du designer qui doivent l'un et l'autre participer très en amont à la conception des produits. Alors que les idées viennent plus souvent des cellules marketing, ces hommes de terrain ont leur mot à dire très tôt dans les processus de conception de nouveaux produits. Les congressistes l'ont bien compris à travers l'écoute des diverses interventions. « L'ingénieur doit être intégré à l'équipe de projet et savoir dialoguer avec divers types de cultures », souligne Gilbert Bureau. Sur le même registre, Jean-Pierre Goujard, ingénieur packaging chez Dragon rouge, n'hésite pas à dire que « son service packaging est prêt à se substituer à une équipe de recherche et développement si le client en éprouve le besoin. » Ce sont ces échanges qui donnent lieu à l'émergence de nouvelles idées, à la naissance d'équipes de projets plus efficaces et compétitives... et où aucune étape dans le processus de création n'aura été occultée. Y compris les tests de compatibilité contenu/contenant. Histoire de proposer à un consommateur extrêmement exigeant des produits toujours plus beaux, plus innovants et plus conformes à la législation. S'il ne reste qu'une seule leçon à tirer de ce colloque, elle est d'importance : cette première édition de PCD a permis aux acteurs d'un même univers de mieux se comprendre et s'écouter. C'est déjà beaucoup !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Quadpack reprend le fabricant allemand d’emballages cosmétiques Louvrette

Acquisitions

Quadpack reprend le fabricant allemand d’emballages cosmétiques Louvrette

Lors du salon Luxe Pack Monaco, Quadpack a annoncé l’acquisition de Louvrette. Cette entreprise allemande permet au fabricant de solutions de packaging d’intégrer le top 10 des fournisseurs pour la cosmétique.[…]

17/10/2019 | LuxeLuxe Pack
L’APR certifie la recyclabilité du tube laminé tout plastique Greenleaf d’Albéa

Economie circulaire

L’APR certifie la recyclabilité du tube laminé tout plastique Greenleaf d’Albéa

Priscille Caucé prend la tête du fabricant d’emballages cosmétiques Cosmogen

Carnet

Priscille Caucé prend la tête du fabricant d’emballages cosmétiques Cosmogen

Pour ses cinq ans, Cosmetic 360 met en avant le développement durable

Rendez-vous

Pour ses cinq ans, Cosmetic 360 met en avant le développement durable

Plus d'articles