Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Décorer les zones peu accessibles des flacons

ANNE FRITSCH

Sujets relatifs :

, ,
Saint-Gobain Desjonquères a industrialisé une technique qui ouvre de nouvelles possibilités de décoration sur les flacons en verre, grâce au laser.

Un pas de plus vers la liberté de création. C'est ce que propose à ses clients Saint-Gobain Desjonquères qui a industrialisé une technique de décoration des flacons ou bouteilles utilisant un laser. Verreries de l'Orne, l'un des deux sites de décor de Saint-Gobain Desjonquères en France situé à Ecouché (Orne), dispose désormais de deux lignes comportant postes de pilotage, robots et lasers, grâce auxquelles les flacons pourront être marqués ou décorés dans leurs moindres recoins. Il s'agit d'utiliser le laser comme source d'énergie pour fondre la surface des particules d'un émail de composition adaptée, afin qu'elles se soudent entre elles et se fixent sur le verre sans le détériorer.

Frittage de poudres

L'histoire de ce procédé ? Il est né des travaux d'Arnaud Hory, jeune ingénieur qui dépose trois brevets sur le frittage de poudres minérales grâce à un laser. Ayant cédé ses droits sur les applications 3D - le prototypage rapide -, il fonde sa société, Cerlase, à Limoges (Haute-Vienne), qui développera les applications en deux dimensions, autrement dit le marquage et la décoration sur verre, métal ou tout matériau supportant une élévation ponctuelle de température.

Voici deux ou trois ans, Cerlase propose son procédé à plusieurs verriers et décorateurs. Saint-Gobain Desjonquères signe le premier, imagine et cible plusieurs applications, et définit ses besoins, pour lesquels Cerlase développe les logiciels et intègre les lignes commandées. Saint-Gobain Desjonquères a injecté 500 000 euros d'investissement pour industrialiser le procédé, et dispose pour l'instant d'une exclusivité, prorogeable jusqu'en septembre 2005. Le verrier serait en train de breveter certaines applications.

La motivation du verrier décorateur est claire : « décorer là où l'on ne sait pas le faire avec les autres procédés connus », énonce Catherine Descourtieux, directeur marketing parfumerie.

Les techniques de décoration de flacons verriers ne manquent pourtant pas. Le toucher et l'aspect peuvent être modifiés par plastification ou, plus classiquement, par dépolissage par attaque acide ou par sablage lorsque l'on souhaite réserver des zones lisses. Le laquage n'a jamais été autant utilisé qu'aujourd'hui où il concerne environ un flacon de parfum sur trois. Il se substitue parfois à la coloration du verre dans la masse, dont l'inconvénient est de supposer des séries conséquentes. Il permet surtout d'obtenir des dégradés d'une ou plusieurs couleurs, alliés éventuellement à un aspect de surface dépoli ou même métallisé. Question marquage, seuls les traitements organiques restent compatibles avec un support laqué qui ne peut pas subir de traitement thermique. C'est le cas du marquage à chaud. Sur le verre nu, et à condition que la surface soit relativement plane et accessible, le marquage prend le plus souvent la forme d'une sérigraphie, c'est-à-dire un dépôt d'émail que l'on recuit en arche. La décalcomanie, qui consiste à transférer une image complète, et la tampographie permettent d'atteindre des zones courbes mais leur automatisation est limitée.

Solution ultime

Avec un laser et un robot dont les mouvements sont programmés à partir de l'image du décor souhaité, on accède pratiquement à toutes les zones voulues, selon un process automatisé au maximum. On bénéficie également de toutes les facilités offertes par la programmation informatique. Puisqu'un programme est appliqué pour chaque flacon, on peut imaginer y introduire des paramètres variables, pour une personnalisation peu contraignante. Une simple incrémentation d'un nombre, et voilà une série limitée numérotée. Avec une ligne industrielle et une ligne pour les prototypes, Verreries de l'Orne estime avoir une capacité de décor laser de 10 000 à 15 000 flacons par jour. Nonobstant ses avantages intrinsèques, « on n'aura recours à ce procédé que dans l'impossibilité d'autres techniques de décor », précise Catherine Descourtieux. Ce procédé ultime, celui qui marche là où les autres ont échoué est, en effet, relativement coûteux. Pas question d'en faire une alternative à la sérigraphie dans les cas simples. Une couleur par laser revient en effet grosso modo au prix d'une sérigraphie trois ou quatre couleurs.

Le frittage d'émail par laser cible donc des décors réellement complexes et sans doute encore inédits en parfumerie. Plusieurs développements clients sont déjà en cours. On attend les premières réalisations qui devraient être commercialisées en 2005.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Une bouteille à base de papier pour les détergents d’Unilever

Innovation

Une bouteille à base de papier pour les détergents d’Unilever

Le groupe a dévoilé un prototype d’emballage à base de papier pour ses lessives. La solution – développée par le consortium Pulpex – devrait être lancée début 2022 au[…]

17/06/2021 | PapierBouteilles
Des bacs alliant carton et PP recyclé pour les tablettes de lave-vaisselle Somat

Technologie

Des bacs alliant carton et PP recyclé pour les tablettes de lave-vaisselle Somat

Une boîte en papier recyclé pour Ren avec Pollard Boxes

Technologie

Une boîte en papier recyclé pour Ren avec Pollard Boxes

Silgan dévoile une nouvelle pompe spray, Sinfonia Elegance

Innovation

Silgan dévoile une nouvelle pompe spray, Sinfonia Elegance

Plus d'articles