Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Innovation

Comment fonctionne la fontaine à vrac de L’Occitane

Pierre Monnier

Sujets relatifs :

, ,
Comment fonctionne la fontaine à vrac de L’Occitane

Les fontaines à vrac de L'Occitane offrent un système de remplissage en magasin pour les clients.

© Pierre Monnier - Emballages Magazine

La marque de produits cosmétiques a dévoilé une machine de « reremplissage » pour proposer une alternative aux flacons en plastique. Les consommateurs peuvent d’ores et déjà passer aux bouteilles en aluminium dans plusieurs boutiques de L’Occitane en France. –

Annoncées en avril, les fontaines à vrac sont arrivées dans quelques boutiques de L’Occitane. Disponible à Paris, Lyon (Rhône) ou au magasin d’usine de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), le meuble permet aux consommateurs de faire remplir leur emballage. L’objectif est double : pour la marque de cosmétiques, cela contribue à mettre sur le marché une solution packaging durable pour cinq de ses produits phare et, pour le consommateur, le retour au magasin est un acte en faveur de l’environnement, mais également de son porte-monnaie.

Une réduction du plastique de 94 %

Pour proposer ce service, L’Occitane a travaillé avec Jean Bouteille, rencontré en janvier 2020 sur le salon ChangeNow, qui promeut les solutions respectueuses pour la planète. Le spécialiste de la vente de liquides en vrac a adapté sa machine aux besoins de la cosmétique. Lors de chaque usage, une étiquette est donc imprimée et apposée sur un cavalier qui enveloppe le haut des contenants. Elle indique la liste des ingrédients, les mentions légales, et une date limite d’utilisation (un an à compter du remplissage). Ces informations sont ainsi constamment présentes sur le produit.

Si L’Occitane a entrepris cette démarche, c’est en partie pour modérer sa consommation de plastique. Les bouteilles réutilisables sont en aluminium 100 % recyclé et fournies par l’espagnol Envases. « Nous avons étudié le ratio le plus efficace entre le packaging et le jus, explique Corinne Fugier-Garrel, la directrice packaging de L’Occitane. C’est pourquoi nous avons placé des big-bags de 10 litres dans notre meuble. » Identiques aux caisses-outres vendus dans le domaine du vin, ces emballages affichent une réduction de 94 % du plastique en comparaison des flacons classiques : un résultat supérieur à la diminution de 80 à 85 % obtenue avec les écorecharges. Afin de rendre la distribution de ces grands volumes plus pratiques, les casiers qui les contiennent sont sous pression pour augmenter le débit de la fontaine.

Avant de rapporter leurs bouteilles, les consommateurs sont incités à les rincer et à les sécher. Des instructions qui prennent tout leur sens lors du remplissage en magasin. Pour assurer une sécurité bactériologique, les emballages sont stérilisés grâce à un flash de lumière pulsée. « Contrairement aux lumières UV, la lumière pulsée va permettre d’éliminer les bactéries, mais également les moisissures », précise Corinne Fugier-Garrel. Une machine spécifique de Claranor a ainsi été intégrée au meuble. En retournant au magasin, les clients ne paieront que la formule. Mais la promesse de L’Occitane est d’inviter à ce procédé de reremplissage avec un prix équivalent au produit dans un flacon plastique en linéaire à l'occasion du premier achat. Et ce malgré l’acquisition de la bouteille vendue 3 ou 5 euros en fonction du volume.

Un déploiement à l'international

Il aura fallu une année de développement pour déployer ce service en boutique. Parmi les critères qui ont mené au choix de Jean Bouteille pour concevoir la fontaine à vrac, la volonté d'un positionnement international a été déterminante. En effet, L’Occitane prévoit déjà d’installer ses meubles de remplissage en Espagne, au Royaume-Uni, en Suisse, en Allemagne et dans les pays de l’Europe de l’Est. En septembre, l’Asie sera équipée, puis les États-Unis. « Nous avions besoin d’un partenaire qui pourrait nous accompagner pour obtenir l’ensemble des certifications de la machine », confie Corinne Fugier-Garrel. Parce que chaque marché présente des spécificités réglementaires ou des problématiques parfois très terre à terre, telles que les prises électriques qui diffèrent d'un pays à l'autre.

L’Occitane avait réalisé un projet pilote autour du remplissage en boutique avec Marie-Laure PLV. Les retours avaient montré une certaine fragilité à l’usage qui a permis à la marque de proposer un dispositif plus adapté. Cependant, la mise en place des fontaines reste « un investissement », selon la directrice packaging. Mais le principal but n’était pas la rentabilité. Pour l’heure, il s’agit avant tout de « trouver une alternative vers une solution packaging durable », conclut-elle.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Prad affiche son savoir-faire dans le décor pour Diptyque

Technologie

Prad affiche son savoir-faire dans le décor pour Diptyque

Le spécialiste du décor haut de gamme a participé à la collection de bougies de Diptyque. Prad a réalisé les sérigraphies, métallisations et laquages des neuf références de la[…]

Berlin Packaging se renforce dans l’emballage pour le cannabis

Acquisitions

Berlin Packaging se renforce dans l’emballage pour le cannabis

Texen s’associe à SK Chemicals pour booster l’écoconception

Stratégie

Texen s’associe à SK Chemicals pour booster l’écoconception

Luxe Pack Monaco veut accompagner la reprise

Rendez-vous

Luxe Pack Monaco veut accompagner la reprise

Plus d'articles