Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Mirabelle Belloir

Sujets relatifs :

, ,

Le flacon "Belle haleine" et son coffret ont été vendus aux enchères pour 8,913 millions d'euros.

© Doc. Christie's

Pour réaliser "Belle haleine : eau de voilette", Marcel Duchamp détourna un flacon de parfum Rigaud. Celui-ci était notamment produit à Blangy-sur-Bresle (Seine-Maritime). La Glass Vallée a enquêté et retrouvé un exemplaire de ce flacon.

 

 

En 1921, Marcel Duchamp, en collaboration avec son ami Man Ray, détourne le flacon d’Un air embaumé, parfum de la Maison Rigaud, qui était produit dans la vallée de la Bresle, aujourd'hui "Glass Vallée". Cette œuvre, nommée Belle Haleine : eau de voilette, était une des pièces de la collection Yves Saint-Laurent/Pierre Bergé, vendues aux enchères entre le 23 et le 25 février 2009. Les membres de la Glass Vallée ont enquêté et retrouvé le lieu exact de production du flacon original : il s’agit de la verrerie Darras, à Blangy-sur-Bresle (Seine-Maritime), fermée en 1968 mais dont les bâtiments sont toujours visibles.
 
Savoir-faire français. La Glass Vallée a également retrouvé un exemplaire de ce flacon (voir photo à droite) qui montre tout le savoir-faire français. Celui-ci est en cristal taillé et poli sur le fond et les deux faces. Les côtés sont dépolis par sablage. Sur les faces, deux rameaux qui se croisent à la base du flacon où est incrustée une fleur. Ce motif a été mis en valeur par Marcel Duchamp sur le flacon de Belle Haleine.
 
Etiquette. Selon Christie’s, organisateur de la vente, Man Ray, qui avait autrefois travaillé comme dessinateur technique, avait toutes les compétences requises pour concevoir l'étiquette de cette eau. Il imprima l'un des portraits de Rose Sélavy, alter-ego féminin de Marcel Duchamp, l'ajusta pour obtenir une forme ovale, puis le plaça au sommet d'un motif symétrique réalisé à l'encre noire, conçu pour se loger dans les rameaux qui partaient du pied du flacon Rigaud. Puis il calligraphia soigneusement le nom de ce mystérieux parfum ainsi que les lettres "RS", initiales de Rose Sélavy. Au pied de l'étiquette, les lieux de distribution supposés du parfum (New York et Paris) sont inscrits, deux villes que Duchamp visitaient fréquemment à cette époque-là (sans doute a-t-il d'ailleurs acheté le flacon au cours d'un voyage à Paris en 1919). Une photographie du montage fut réduite en raison du petit format du flacon, puis l'épreuve ainsi réalisée fut soigneusement collée. Le produit fini fit sa première apparition publique en couverture du New York Dada, revue à tirage unique réalisée par Duchamp et Man Ray, dont la parution eut lieu en avril 1921. Estimée entre 1 et 1,5 million d'euros, le flacon de Belle Haleine et son coffret ont trouvé un acquéreur pour 8,913 millions d’euros.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

PCD et ADF misent sur l’expérience visiteur

Agenda

PCD et ADF misent sur l’expérience visiteur

Les salons proposeront des tours guidés pour les visiteurs à la recherche de made in France, de solutions écologiques et identifient les fabricants acceptant de petites commandes. – Nouveau propriétaire en 2017,[…]

10/12/2018 | LuxeAérosol
Anjac Health & Beauty se renforce dans la cosmétique

Acquisitions

Anjac Health & Beauty se renforce dans la cosmétique

Sulapac accueille Chanel à son capital

Sulapac accueille Chanel à son capital

Une application pour découvrir la filière parfumerie-cosmétique

Profession

Une application pour découvrir la filière parfumerie-cosmétique

Plus d'articles