Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Avec Total et LanzaTech, L’Oréal transforme les émissions industrielles en emballage

Pierre Monnier
Avec Total et LanzaTech, L’Oréal transforme les émissions industrielles en emballage

© L'Oréal

Un partenariat entre les trois industriels permet de fabriquer un flacon en plastique à partir du carbone rejeté par une usine. Cette technologie s’affiche comme une première mondiale et une solution supplémentaire aux résines issues de la pétrochimie. –

C’est une première mondiale. Dans sa quête pour sortir du plastique vierge d’ici à 2030, L’Oréal a trouvé deux alliés. Le leader de la beauté a conclu un partenariat avec Total et LanzaTech afin de développer une alternative aux résines d’origine pétrochimique. Les trois industriels ont réussi à mettre en place une méthode permettant de créer de la matière à partir du monoxyde de carbone rejeté par l’activité des usines.

Du carbone capté dans une aciérie chinoise

Dans ce processus innovant, chacun tient son rôle. LanzaTech s’occupe de capter les émissions. Cette société d'origine néo-zélandaise est spécialisée dans le recyclage du carbone grâce à son savoir-faire dans la fermentation de gaz. Ce procédé biologique lui permet de convertir le monoxyde de carbone en éthanol. La captation est effectuée dans une aciérie chinoise où un projet est en cours depuis 2018, indique L’Usine Nouvelle. Jennifer Holmgren, la Pdg de LanzaTech se félicite dans un communiqué de pouvoir « réduire l’empreinte carbone des emballages en convertissant les émissions de carbone en produits utiles, faisant du carbone à usage unique une chose du passé ».

L’éthanol issu des rejets carbone passe ensuite entre les mains de Total. Le géant du pétrole et du gaz utilise un procédé de déshydratation développé avec IFP Axens pour transformer l’éthanol en éthylène. Un procédé qui a dû s’adapter aux contraintes du carbone issu d’aciérie, précise Industrie & Technologies. Les impuretés de l’éthanol issu d’aciérie pouvaient perturber sa déshydratation et par conséquent sa polymérisation. Une étape indispensable pour que l’éthylène obtenu devienne du polyéthylène (PE). « Ce partenariat est un excellent exemple de collaboration industrielle et technologique pour développer les plastiques du futur produits à partir de carbone recyclé et répondre à une attente forte de nos clients », explique Valérie Goff, la directrice polymères de Total.

Une utilisation pour des shampoings d'ici à 2024

Enfin, L’Oréal récupère une matière en tout point similaire à un polyéthylène d’origine fossile. Cette résine peut ainsi alimenter les lignes de ses fournisseurs pour fabriquer des solutions packaging vertueuses. Cette preuve de concept n’est aujourd’hui qu’un début. Il s’agissait de démontrer la possibilité de nouveaux débouchés pour le captage et la valorisation des émissions carbone de l’industrie. « Avec cette innovation, nous visons à développer une nouvelle solution d’emballage durable, assure Jacques Playe, le directeur packaging et développement de L’Oréal. Nous avons l’ambition d’utiliser ce matériau durable dans nos flacons de shampoing d’ici à 2024, et nous espérons que d’autres entreprises se joindront à nous pour utiliser cette innovation révolutionnaire. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un Oscar de l’emballage pour Autajon Labels

Concours

Un Oscar de l’emballage pour Autajon Labels

L’imprimeur a conçu une étiquette en papier pour les shampoings Klorane. Pour le shampoing Klorane de Pierre Fabre, Autajon Labels a conçu une étiquette en papier issu de forêts certifiées. Cette[…]

Un Oscar de l’emballage pour Aptar et Shiseido

Concours

Un Oscar de l’emballage pour Aptar et Shiseido

Maar choisit des capots Pujolasos pour ses parfums naturels

Innovation

Maar choisit des capots Pujolasos pour ses parfums naturels

Qualipac supprime 125 postes et ferme une usine à Aurillac

Social

Qualipac supprime 125 postes et ferme une usine à Aurillac

Plus d'articles