Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

A Cosmopack, les industriels ont parlé de la Chine et des décors

Anne Thillaud

Sujets relatifs :

,
Domaine réservé des fabricants d'emballages pour la cosmétique (Lire 610) au sein du salon italien Cosmoprof, Cosmopack a encore fait plus que le plein. Le manque de place se fait désormais cruellement sentir... Parmi les sujets abordés par les industriels, la nécessité d'investir dans les équipements de décoration. Et la place toujours plus grande de la Chine. Parcours.

Un rapide coup d'oeil dans les allées de ce salon professionnel haut en couleurs ou même dans les rues de la ville en témoigne de façon éclatante : « La région de Bologne est celle où l'on consomme le plus de produits de beauté en Italie », affirme Florio Terenzi, président de la société organisatrice de la grande messe européenne de la beauté, Cosmoprof (Lire 610), qui s'est tenue à Bologne du 8 au 11 mars dernier. Aussi pittoresque que fréquenté, ce salon, semble-t-il, n'aurait pu se tenir ailleurs qu'en Italie. Et c'est l'endroit où il faut aller pour travailler dans la cosmétique.

Les fournisseurs d'emballages ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, puisqu'ils se pressent chaque année plus nombreux à ce rendez-vous. Deux halls leur sont réservés sous le label Cosmopack pour une surface totale de 10 200 mètres carrés soit un septième de la surface totale de l'événement. Véritablement international, ce salon peut se vanter d'une grande variété de visiteurs de toutes origines : Europe occidentale, Etats-Unis, Moyen-Orient et pays de l'Est. Le bilan est donc très positif au bout d'une dizaine d'années d'existence.

Après la gueule de bois de la frénésie de lancements de l'an 2000 et le ralentissement ces derniers mois des activités dans la parfumerie, notamment outre-Atlantique, l'heure était davantage aux bilans, à la consolidation des activités qu'aux grands lancements. Plus que jamais des valeurs sûres, les emballages standards étaient de nouveau à l'honneur, une tendance confirmée par le lancement de nombreux modèles par les verriers. A ce succès qui ne se dément pas, s'ajoute son corollaire : l'explosion des décors et des parachèvements. Les vernissages et laquages connaissent, en particulier, un véritable engouement ces dernières années. Du coup, les fournisseurs ont renforcé leur force de frappe dans ce domaine pour satisfaire à la demande ou... se réapproprier de la marge. « Nous ne sommes pas que des pousseurs de plastiques et on ne va pas laisser toute la valeur ajoutée à nos sous-traitants ! », lâchait sans détour un professionnel du secteur.

Explosion des décors

Qualipac inaugure ainsi une nouvelle ligne mixte de vernissage sur le site de Le Moulage automatique (LMA) à Château-Thierry (Ain). Cette ligne pourra assurer un vernissage UV aussi bien que la pose d'un vernis de type polyuréthane. Même son de cloche chez Toly qui vient de doubler la capacité de décor de son usine maltaise de production de pièces en plastique injecté. Cette deuxième ligne de vernissage aurait coûté aux alentours de 1,5 million d'euros. Stratégie toujours identique pour la société familiale allemande, Oekametall, qui est spécialisée dans les étuis de rouges à lèvres et de mascaras. Elle investit cette année 750 000 euros dans une nouvelle ligne de vernissage sur son site de Bamberg. En parallèle, elle a construit un nouveau bâtiment dédié à l'injection et à l'injection-soufflage. Près de 3 millions d'euros y ont été investis, alors qu'Oekametall était plutôt dans l'emboutissage du métal.

Mais l'engouement pour les parachèvements touche aussi le métal puisque Chapon Alu (Iléos) a démarré à la fin de l'année dernière deux nouvelles lignes d'anodisation sur son site espagnol de Barcelone. Deux millions d'euros ont été investis à cet effet.

Autre sujet au coeur des préoccupations des exposants de Bologne : le marché chinois, convoité pour sa main d'oeuvre bon marché et qualifiée ou pour le marché potentiel de consommateurs. Tous se posent la question d'une présence sur place. Valois y est présent pour accompagner ses grands groupes clients. « Nous produisons pour le marché asiatique et non pour réimporter », tient à préciser Olivier de Pous qui est à la tête de Valois. La délocalisation de la production en Asie fait pourtant le succès de certains. C'est le cas de Metapack qui séduit désormais de grands noms de la parfumerie. Né en 1998, Metapack fournit déjà les plus grandes marques de parfumerie et de cosmétiques en emballages métalliques sans posséder aucun outil de production en Europe.

Marché chinois

« Grâce à l'édition d'objets promotionnels assez compliqués pour la parfumerie, nous avons montré au marché que la Chine était capable de produire des pièces de grande qualité », explique Annette Der Minassian, directeur général et l'un des cinq associés de la société dont Toly est actionnaire. De fait, la totalité de la fabrication est assurée par une usine partenaire située à Shenzen. En 2001, Metapack a enregistré un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros et a déjà dépassé les 2,6 millions en trois mois d'exercice sur 2002. Parmi les derniers marchés remportés, Metapack compte le capot et la coiffe en zamac du dernier parfum de Rochas, Aquawoman, pour le 30, le 50 et le 100 ml. Annette Der Minassian s'assure de la qualité du travail fourni au prix d'un aller-retour en Chine par mois. Et, face à la demande, elle tisse par l'intermédiaire de son partenaire asiatique des liens avec d'autres industriels sur place. A Paris, l'équipe est donc très réduite mais compte la présence d'un designer intégré, Béatrice Pesson, l'une des clés du succès de cette jeune société.

La prise en charge globale de la maîtrise d'oeuvre explique aussi beaucoup le succès de la formule. La présence de la jeune société Parfum d'Image à Cosmopack en témoigne encore plus clairement. Cette dernière propose de lancer une gamme de produits en parfumerie ou même une marque en prenant en charge l'ensemble du développement. Ses services couvrent le positionnement de la marque, le choix du nom, de la fragrance, des conditionnements et même du matériel de publicité sur le lieu de vente (PLV) ! Et la recette séduit, puisque Parfum d'Image a récemment réalisé une ligne de produits pour Les Bains du Marais ou encore pour le spécialiste des fleurs de décoration Sia. Un nouveau type d'interlocuteurs avec lesquels les fournisseurs d'emballages devront désormais composer.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Stoelzle va agrandir son four pour accueillir une cinquième ligne

Stoelzle va agrandir son four pour accueillir une cinquième ligne

Le verrier a annoncé son intention d’ajouter une nouvelle ligne de production lors de la reconstruction de son four à l’été 2020. – C’était la grande question des salons Luxe Pack Monaco[…]

25/06/2019 | LuxeVerre
Avec Makiya, PRP Création se positionne sur les petits formats

Avec Makiya, PRP Création se positionne sur les petits formats

Lumson lance une première gamme de rouges à lèvres standards

Lumson lance une première gamme de rouges à lèvres standards

Biotherm choisit la pompe EvoClassic d’Aptar

Biotherm choisit la pompe EvoClassic d’Aptar

Plus d'articles