Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Un contrat d’engagement pour la restauration rapide

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
Un contrat d’engagement pour la restauration rapide

Brune Poirson a fait signer seize enseignes sur un échéancier. -

Au terme d’un rendez-vous avec Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, le mardi 11 juin, seize chaînes de restauration rapide se sont engagées à mettre 70% de leurs restaurants en conformité avec leurs obligations en matière de tri des déchets en 2019. Les enseignes devront rendre compte au ministère tous les six mois de « l’état d'avancement du déploiement », avec une « information détaillée restaurant par restaurant ». L’échéancier prévoit ensuite 90% au 31 décembre 2020 et 100% au 31 décembre 2021. Certains établissements « pouvant présenter des contraintes opérationnelles » obtiendront un délai.

Tri à la source

Burger King, Class'croute, Cojean, Domino's Pizza, Exki, Five Guys, Jour Healthy groupe, KFC, La Brioche dorée, La Croissanterie, La Mie câline, McDonald's, Monts Fournil, Paul, Starbucks et Subway ont ainsi signé un « contrat d'engagement de la restauration rapide pour le tri de leurs déchets », soit le tri, obligatoire depuis juillet 2016, en « cinq flux » des papiers, des cartons, du verre, du plastique et des métaux, et un tri à la source des biodéchets en cuisine et en salle, pour les restaurants générant plus de dix tonnes par an. Cette disposition touchera tous les restaurants en 2024. Brune Poirson « ne s'interdit pas » d'alourdir les sanctions prévues en cas de non-respect des obligations du secteur en matière de tri, dans le cadre du projet de loi sur l’économie circulaire (Lec) qui doit être présenté en conseil des ministres avant l'été.

Réputation

« L’environnement, la planète, ça n'attend pas. De toute façon, c’est une demande très forte des consommateurs. (…) Pour beaucoup de ces entreprises, la réputation est parfois plus importante que la sanction », explique la secrétaire d’Etat. Les signataires cumulent 30 000 points de vente en France et servent quelque 6 milliards de repas par an. Une enquête menée fin 2018 par le ministère a montré qu'aucun des 50 établissements inspectés ne recyclait ses déchets, sur un secteur de la restauration rapide qui génère quelque 180 000 tonnes d'emballages et 60 000 tonnes de déchets alimentaires par an.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Cenpac accélère dans l’alimentaire

Cenpac accélère dans l’alimentaire

Le distributeur lance « des emballages écoresponsables ». - Cenpac a réalisé un chiffre d'affaires de 126 millions d'euros en 2018, soit une hausse de 4% par rapport à 2017. La[…]

Plastipak s’engage dans le recyclage chimique

Plastipak s’engage dans le recyclage chimique

La consigne n’emballe pas la canette

La consigne n’emballe pas la canette

Le verre consigné suscite des vocations

Profession

Le verre consigné suscite des vocations

Plus d'articles