Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Le PEF, des promesses et des questions

Le PEF, des promesses et des questions

Les premiers prototypes en PEF sont des bouteilles de 237 ml.

© Synvina

Soucieux d’anticipation, Citeo a organisé une rencontre avec Synvina sur le matériau biosourcé. -

À l’heure où le plastique suscite de nombreuses controverses, Citeo prospective, espace de réflexion de l’éco-organisme en charge de la valorisation des déchets ménagers, a invité des représentants du néerlandais Synvina à faire le point sur le développement du polyéthylène furanoate (PEF) devant un parterre de spécialistes de l’emballage. Plutôt anticiper sur un matériau qui n’est pas encore commercialisé et « accueillir l’innovation par une approche inclusive », selon Carlos de Los Llanos, le directeur scientifique de Citeo, que de se laisser surprendre par des polémiques éventuelles.

Propriétés barrière

Peter Mangnus et Jesper van Berkel, respectivement vice-président en charge des partenariats et de la commercialisation et responsable des applications techniques de la coentreprise créée par Avantium et BASF, ont vanté les qualités du matériau 100% biosourcé issu du fructose contenu dans l’amidon de blé, les betteraves ou des déchets agricoles. Ses propriétés en matière de barrière aux gaz sont particulièrement intéressantes : par rapport au polyéthylène téréphtalate (PET), le PEF protège dix fois plus de l’oxygène, quatre à dix fois plus du gaz carbonique, trois fois plus de la vapeur d’eau, et sa résistance à la chaleur est supérieure, avec une température de transition vitreuse (Tg) de 12 °C plus élevée. Utilisé pour des bouteilles de 237 ml – en raison du ratio surface-volume –, il offre une durée de conservation du gaz carbonique de 18 à 23 semaines quand ce délai n’est que de 4 à 6 semaines pour le PET.

Ces performances valent aussi pour des films souples monocouches, ce qui « permet une simplification de leur conception » pour Peter Mangnus. Enfin, dans une proportion de 2% des flux, validée provisoirement par l’European PET bottle platform (EPBP), le PEF ne présente pas d’« effet dommageable » sur le recyclage du PET et n’impacte pas la transparence du PET recyclé (rPET). « Notre ambition est d’ailleurs de faire du PEF un matériau entièrement circulaire », indique Jesper van Berkel. À ce stade, Synvina travaille sur sa transformation par injection – mais pas encore sur le thermoformage – ainsi que sur la gestion de la fin de vie des emballages.

Horizon 2024

Plusieurs questions demeurent cependant sans réponse : son intérêt environnemental par rapport au bioPET, ses autres applications potentielles, son prix… Le premier dépend de son utilisation, les deuxièmes de sa résistance à la chaleur, en particulier pour des pots et bocaux, et le troisième des cours du pétrole et des matières premières agricoles. En attendant, Synvina annonce une commercialisation directe à l’horizon 2024, dans la limite de 50 000 tonnes annuelles, avant de sous-traiter la production par le biais de licences. Malgré ses avantages, le PEF ne devrait donc pas remplacer le PET avant longtemps.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le consommateur plébiscite la recyclabilité et trie plus

Le consommateur plébiscite la recyclabilité et trie plus

A travers deux études d’ampleur, Citeo a décrypté les habitudes en amont et en aval de l’acte de consommation. - Pour la première fois, Citeo a décrypté les habitudes des consommateurs en[…]

Des solutions durables chez Constantia Flexibles

Des solutions durables chez Constantia Flexibles

Cañamás Hermanos réduit son empreinte avec Chep

Cañamás Hermanos réduit son empreinte avec Chep

Agilyx et AmSty associés dans le recyclage du polystyrène

Agilyx et AmSty associés dans le recyclage du polystyrène

Plus d'articles