Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

L’art du recyclage s’invite sur le campus universitaire de Paris

Pierre Monnier
L’art du recyclage s’invite sur le campus universitaire de Paris

La Cité internationale universitaire de Paris accueille l'exposition Re-cyclages.

© Pierre Monnier - Emballages Magazine

L'exposition photographique Re-cyclages d’Alain Fouray est installée à la Maison de l’Île-de-France au sein de la Cité internationale universitaire de Paris jusqu’au 28 avril. –

Une cinquantaine de panneaux ont pris place à la Maison de l’Île-de-France sur le campus universitaire de Paris. Depuis le 8 avril, l’exposition Re-cyclages a fait son retour à Paris. À travers des clichés pris sur des sites de traitement, le photographe Alain Fouray livre un autre regard sur les déchets. C’est d’ailleurs ce pas de côté qui a poussé des éco-organismes tels que Citeo, Cyclamed ou EcoDDS, à se réunir autour de ce projet. Présentée pour la première fois en 2015 à la mairie du IIe arrondissement de Paris, la série de photographies Re-cyclages a ensuite été montrée à l’Orangerie du jardin du Luxembourg, où le Sénat organise des expositions, avant d’être mise en avant lors de la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP 21) organisée dans la capitale la même année. Depuis, les images d’Alain Fouray font le tour de la France afin de sensibiliser les citoyens au geste de tri, mais aussi à l’apport volontaire. Ainsi, Nantes (Loire-Atlantique), Nice (Alpes-Maritimes), Caen (Calvados), Lyon (Rhône) ou encore Bordeaux (Gironde) les ont accueillies. Aujourd’hui, Re-cyclages revient à Paris jusqu’au 28 avril dans le cadre de l’Université de la paix 2019, qui se tient du 8 au 13 avril, avec pour thème : « Face à l’urgence climatique : agir vite ».

Une certaine esthétique du déchet

Il aura fallu environ trois ans pour que l’ensemble des photographies soient réalisées. « Je joue sur le cadrage et la lumière, mais il s’agit d’images de la réalité, indique Alain Fouray. Une force s’en dégage, nous avons donc décidé d’en profiter pour sensibiliser à la seconde vie des objets du quotidien. » Emballages, papiers, cartons, piles, déchets agricoles et chimiques… « Il y a une certaine esthétique du déchet », affirme le photographe. Selon lui, voir ces produits sous cette forme montre au public ce qu’il est possible d’en faire. L’exposition alterne d’ailleurs les panneaux photographiques et explicatifs afin de créer un parcours pédagogique. Et pour inviter les passants à le suivre, une dizaine de panneaux sont installés sur les grilles de la Cité internationale universitaire de Paris dans le but de capter le regard et de donner à découvrir.


Photo réalisée par Alain Fouray.

Installer la certitude d’un recyclage performant

Lors du passage de l'exposition à Bordeaux, une soixantaine de personnes ont été interrogées dans le cadre d’une étude d’impact : 92 % d’entre elles ont déclaré que Re-cyclages leur a plu et 61 % qu’elle leur a beaucoup plu. La moitié des visiteurs ont décrypté avec justesse les intentions du projet et ont restitué spontanément l’un de ses principaux messages, notamment la nécessité de rapporter et de trier ses produits après usage. Jugé utile, intéressant et impactant, le travail d’Alain Fouray est aussi vanté pour donner à voir les techniques et les acteurs du recyclage et de la valorisation. Il contribue ainsi à « installer la certitude d’un recyclage performant, permettant de faire de nos déchets de nouvelles ressources » ou encore de « rappeler le lien vertueux entre le tri, l’apport, le recyclage, la protection de l’environnement et les ressources naturelles ».


Photo réalisée par Alain Fouray.

L'exposition étant généralement installée dans les espaces publics, les organisateurs se basent sur la fréquentation des lieux pour indiquer que 700 000 personnes ont pu l’apprécier au cours des dix-huit mois de présentation. Des visites guidées et explicatives sont également mises en place et ont permis de sensibiliser plus de 1 000 élèves. Après son séjour dans la capitale, Re-cyclages doit repartir sur les routes de France. Les œuvres sont attendues du 11 mai au 11 juin à Brest (Finistère) avant de rejoindre Toulouse (Haute-Garonne) et Lille (Nord).

Deux œuvres à partir de déchets

Parallèlement à l’exposition photographique, la Maison de l’Île-de-France a également demandé à Jean-Philippe Legris de concevoir deux œuvres (voir ci-dessous). L’artiste-designer, qui travaille à partir de déchets et de matériaux recyclés, a imaginé Le Chemin du possible et  Le Paon. La première est une métaphore de l’impact de l’homme sur la planète. La nature s’enlise dans les déchets, mais la prise de conscience des humains – notamment à travers le geste de tri – permet de retrouver des espaces verts et respirables. La seconde cherche à montrer la quantité de déchets produits, et donc potentiellement récupérables, durant un temps très court. Une dizaine de jours de collecte au sein du campus universitaire a permis de rassembler le nombre de bouteilles en plastique nécessaires à cette réalisation.


Le Paon, oeuvre réalisée par Jean-Philippe Legris.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Pâques inspire Raffaello

Pâques inspire Raffaello

La marque de confiserie à la noix de coco de Ferrero propose une édition limitée illustrée par Adolie Day. - Pour Pâques, Raffaello a fait appel à l’illustratrice Adolie Day pour revisiter[…]

19/04/2019 | DesignCarton plat
Michelle Pfeiffer choisit Verescence pour ses parfums Henry Rose

Michelle Pfeiffer choisit Verescence pour ses parfums Henry Rose

Champagne Jacquart se repositionne avec Partisan du sens

Champagne Jacquart se repositionne avec Partisan du sens

Antalis mise sur le design packaging

Antalis mise sur le design packaging

Plus d'articles