Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Technologie

Igus rend les plastiques intelligents

Tiziano Polito
Igus rend les plastiques intelligents

Grâce aux capteurs, le spécialiste des paliers lisses et des chaînes porte-câbles est désormais capable de prévoir pannes et usure anticipée. -

L'industrie 4.0, c’est aussi des capteurs dans les machines permettant de prévoir des pannes pour anticiper des opérations de maintenance. Igus interprète cette exigence en présentant à Emo, le prochain salon dédié à l’usinage des métaux et aux machines-outils qui aura lieu à Hanovre (Allemagne) du 16 au 21 septembre, une gamme de produits qu’il définit « smart plastics ». « En réalité nous faisons de l’industrie 4.0 depuis des années, souligne Thorsten Beitzel, directeur général d’Igus France, quand nous avons eu l’idée d’incorporer un capteur de force dans l’une de nos chaînes porte-câbles afin de détecter un risque de casse. Au début des années 2000, nous étions capables d’envoyer un message sur un Nokia 3310 pour informer l’opérateur de ce risque. » Spécialisé dans les paliers lisses et les chaînes porte-câbles et, un peu plus récemment, dans les robots, Igus incorpore dans ses produits différentes sortes de mouchards afin de « surveiller » leur comportement : des capteurs de force, d’usure, des laser.

Maintenance prédictive

« Le principal objectif est de faire de la maintenance prédictive, de contrôler l’état d’usure de nos matériels dans le but de les remplacer avant que la panne ne se produise », explique Thorsten Beitzel. Les informations en provenance des capteurs sont envoyées vers le Cloud ou exploitées en local au moyen d’une commande présente sur la machine. La liaison est effectuée par radio ou Wi-Fi.  Igus exploite lui aussi ces données qu’il compare avec des référentiels standard, les déviances lui assurant d’identifier un début de défaillance qui conduira, tôt ou tard, à une panne. Incorporés aux chaînes porte-câbles, les capteurs permettent de vérifier leur fonctionnement en identifiant les risques de casse, d’éventuelles fragilités et de prévoir leur durée de vie. Pour mémoire, ces composants présents dans les robots, les portiques cartésiens, les presses à injecter subissent des mouvements constants sept jours sur sept, tout le long de l’année. Or, toute panne peut être extrêmement préjudiciable dans des activités comme l’automobile, le portuaire ou même l’emballage. « Un jour les clients n’achèteront plus des chaînes porte-câbles, mais des cycles », se projette Thorsten Beitzel. 

Basé à Cologne (Allemagne), Igus affiche un chiffre d'affaires de 748 millions d’euros avec un effectif de 4100 personnes. La filiale française, implantée à Fresnes (Val-de-Marne), réalise un chiffre d’affaires de 22 millions d’euros.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Apaax met des semelles bleues aux pieds des machines

Sécurité sanitaire

Apaax met des semelles bleues aux pieds des machines

L’équipementier pense apporter une réponse là où, comme dans l’alimentaire et la pharmacie, il est nécessaire de vérifier l’état de dégradation des composants en[…]

Interroll investit en Allemagne et en Thaïlande

Investissements

Interroll investit en Allemagne et en Thaïlande

Coval facilite le nettoyage de ses ventouses et pompes à vide

Technologie

Coval facilite le nettoyage de ses ventouses et pompes à vide

Rockwell Automation met l'intelligence artificielle dans un boîtier

Technologie

Rockwell Automation met l'intelligence artificielle dans un boîtier

Plus d'articles