Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Décryptage

Verallia, entre finance et industrie

Pierre Monnier

Mis à jour le 05/10/2020 à 12h30

Sujets relatifs :

, ,
Verallia, entre finance et industrie

© Verallia

Depuis le mois d’août, un bras de fer s’est mis en place entre les syndicats et la direction du groupe verrier. Au cœur des tensions, le plan de restructuration engagé par Verallia qui vise à fermer l’un des fours de Cognac (Charente). Une crise ravivée début septembre par la révélation d’un montage financier du principal actionnaire du fabricant, qui aurait permis d’envoyer plus de 550 millions d’euros aux îles Caïmans. –

C’est le propre de l’industrie lourde et la verrerie n’en réchappe pas. Des chaleurs élevées, un bruit constant et un travail continu qui impose des horaires de nuit… La pénibilité pour les salariés du monde verrier n’est plus à prouver. Il en va de même pour la force et la velléité de ses syndicats. Le conflit qui a éclaté chez Verallia durant l’été en est le parfait exemple.

Des arguments non avérés selon le verrier

Au cœur de la discorde, un plan de restructuration annoncé en juin. L’objectif est de fermer l’un des trois fours de l’usine de Cognac (Charente) et, par conséquent, de se séparer de 130 personnes en France. Un bras de fer des plus classiques jusqu’à la révélation par Le Média d’un montage financier d’Apollo, le principal actionnaire du groupe. L’article met en avant le transfert de 550 millions d’euros depuis le Luxembourg vers les îles Caïmans. Une somme qui aurait été récoltée par la mise en place de prêts intragroupes, une pratique légale mais fortement décriée.

Si les faits s’arrêtent là, les suppositions vont plus loin en associant directement le plan de restructuration aux objectifs de la direction dans le cadre d’un programme d’actions préférentielles gratuites. Un argument non avéré, selon le verrier, qui est pourtant repris pour demander l’annulation du plan de restructuration. S’ensuit une série de contrevérités que le numéro trois mondial des emballages en verre souhaite rectifier.

Un besoin de réduire ses capacités

Dans un premier temps, le groupe rappelle que ces montages financiers ont été réalisés par Apollo. « Les holdings d’investissement de l’actionnaire majoritaire sont en dehors du périmètre de Verallia et n’ont aucun impact sur la société et ses salariés (notamment sur l’intéressement et la participation) », explique le verrier. Ensuite, le plan de restructuration annoncé avant l’été n’est pas du fait d’Apollo. « C‘est une décision prise cette année par Verallia pour améliorer sa compétitivité en France et ainsi garantir le futur de l’entreprise. » De plus, le[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Une machine hybride pour le décor de bouchons

Technologie

Une machine hybride pour le décor de bouchons

Sacmi et Moss proposent une solution combinant la rentabilité de l’offset avec la souplesse du numérique. - Hybrid Decoration Machine : tel est le nom de la dernière trouvaille des italiens Sacmi et Moss,[…]

Pollard Boxes change de nom pour acter son rachat

Acquisitions

Pollard Boxes change de nom pour acter son rachat

Le design des vins et spiritueux progresse avec « Make a Mark »

Innovation

Le design des vins et spiritueux progresse avec « Make a Mark »

Ardagh investit dans le verre en Afrique du Sud

Acquisitions

Ardagh investit dans le verre en Afrique du Sud

Plus d'articles