Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Social

Restructuration chez Nestlé Waters dans les Vosges

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
Restructuration chez Nestlé Waters dans les Vosges

© Nestlé Waters

Les usines de Vittel et Contrexéville font l’objet d’un plan de réorganisation qui prévoit une centaine de départs d’ici à 2022. -

Un contexte concurrentiel accru avec l’émergence de différents compétiteurs, de nouveaux cadres réglementaires avec les États généraux de l’alimentation – autrement dit, l’encadrement plus strict des promotions – et de nouveaux modes de consommation à domicile des particuliers, qui l’oblige à « s’adapter pour répondre aux attentes des consommateurs et des clients » : telles sont les raisons avancées par la direction des sites d’embouteillage d’eau minérale de Nestlé Waters à Vittel et Contrexéville (Vosges) pour justifier le plan de transformation « Vosges 2022 » présenté aux salariés. Ce plan « vise à assurer la pérennité de la production des sites » et s’articulerait autour de trois axes : l’évolution des outils et l’innovation, une nouvelle organisation avec des perspectives d’évolution et de formation, et des aménagements de carrière. Les départs volontaires pourraient concerner quelque 111 emplois équivalents temps plein, soit 120 personnes, sur le millier que comptent les deux unités, qui produisent chaque année 1,5 milliard de bouteilles aux marques Vittel, Contrex et Hépar.

Contre-propositions

Du côté des syndicats, la potion est amère. « Contrairement aux réorganisations passées motivées par la modernisation de l’outil industriel, ce plan porte sur une réorganisation structurelle de l'entreprise », explique un délégué syndical CFDT. Un échelon hiérarchique sera, en effet, supprimé. « On a du mal à croire qu'on va pouvoir fonctionner avec 111 personnes en moins et on est inquiets pour la sécurité, les conditions de travail et la direction », réagit, pour sa part, un délégué CGT. « Ça va faire des salariés en moins dans l’entreprise pour pouvoir prétendre à des investissements du groupe », ajoute le représentant de la CFDT. Une nouvelle ligne de préformes est notamment programmée, pour un montant de 10 millions d’euros. Encore ce plan ne prend-il pas en compte la baisse des ventes à laquelle s'attendent les industriels des boissons - sans pouvoir encore la quantifier - si la consigne est instaurée. Les deux syndicats ont mandaté des experts pour fournir les bases de contre-propositions. Selon l’accord de méthode conclu par les deux organisations ainsi que la CFE-CGC avec la direction, les discussions entre les partenaires sociaux se dérouleront jusqu’en octobre.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Soprema ouvre la voie du recyclage des PET complexes

Soprema ouvre la voie du recyclage des PET complexes

Le spécialiste de l’étanchéité a inauguré à Strasbourg l’unité Sopraloop. - Troisième producteur mondial d’isolants et de produits d’étanchéité[…]

18/07/2019 | BoissonsPlastiques
Consigne : la canette veut participer aux concertations

Consigne : la canette veut participer aux concertations

Une campagne pour le tri en ville

Une campagne pour le tri en ville

À quand l’eau de Divonne ?

À quand l’eau de Divonne ?

Plus d'articles