Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Social

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

©

Prenant le relais de la Fédération nationale du bois (FNB), la filière en appelle aux pouvoirs publics pour la poursuite de l’activité à la suite de l'épidémie du Covid-19. -

Le Syndicat des mérandiers de France et la Fédération des tonneliers de France ont pris la parole ensemble pour s’inquiéter de l’avenir de leur filière, à la suite de la propagation de l’épidémie de Covid-19. « Comme nombre d’entreprises à travers le pays, une grande majorité des tonnelleries françaises a dû arrêter sa production en raison de la situation sanitaire », indiquent les deux syndicats dans un communiqué conjoint qui rappelle leur dépendance de l’export et la saisonnalité de leur activité. Les deux organismes, qui indiquent avoir rappelé à leurs adhérents de respecter les consignes sanitaires qui s’imposent pour protéger la santé de leurs salariés, demandent à pouvoir poursuivre leur activité « pour préserver les entreprises et les emplois ».

Chômage partiel

À l’instar de la Fédération nationale du bois (FNB), qui s’est exprimée récemment sur le sujet, ils demandent aux pouvoirs publics des réponses immédiates et sans équivoque. Et d’ajouter : « Si la consigne "Restez chez vous" est applicable à tous les salariés, les entreprises doivent donc fermer et le chômage partiel être indemnisé par l’État dans tous les cas. Si en qualité d’entreprises responsables elles doivent maintenir leur activité, la filière méranderie-tonnellerie appelle les pouvoirs publics à diffuser des messages clairs pour limiter la fermeture des clients, transporteurs, logisticiens et fournisseurs, avec un encadrement strict des droits de retrait des salariés, sans conséquence pénale pour les entreprises. » 

Le Syndicat des mérandiers de France rassemble 38 entreprises qui ont produit 62 244 m³ de merrains en 2018 pour un chiffre d’affaires de 327,3 millions d’euros.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un gobelet en peau d’orange

Economie circulaire

Un gobelet en peau d’orange

En partenariat avec Kookabarra, un producteur de jus de fruits frais pressés, Repulp a imaginé un matériau à base de déchets d’agrumes. - Dans une production de jus d’orange, la moitié du[…]

Adam a choisi la fermeture de ses sites

Stratégie

Adam a choisi la fermeture de ses sites

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Economie circulaire

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Ice Age Water se pare d’étiquettes plastique à base de bois

Economie circulaire

Ice Age Water se pare d’étiquettes plastique à base de bois

Plus d'articles