Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Consigne : Yoyo s’invite dans le débat

Henri Saporta
Consigne : Yoyo s’invite dans le débat

Éric Brac de La Perrière plaide pour un dispositif qui donne de la valeur à chaque déchet. -

Ancien directeur général d’Eco-Emballages, aujourd’hui Citeo, la société agréée pour la valorisation des emballages et papiers ménagers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP), Éric Brac de la Perrière a fondé en 2017 avec Yoyo, une plate-forme collaborative qui récompense, sur le principe de la gratification, les consommateurs triant leurs emballages, et notamment les bouteilles en polyéthylène téréphtalate (PET). Yoyo revendique des taux de collecte de 90% avec un taux d’erreur de moins de 0,5% dans les six villes couvertes par l’entreprise. Autant dire, dans ces conditions, qu’Éric Brac suit avec une très grande attention les discussions autour de la consigne, un dispositif détaillé dans le projet de loi relatif « à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire » (Lec) présenté le 10 juillet par Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, au Conseil des ministres.

Trois bénéfices


Pour le patron de Yoyo, cette solution peut avoir trois bénéfices. Le premier est économique : il y a 300 000 emplois à la clé. Le deuxième est environnemental, car il « pousse les industriels à agir vite dans la perspective de collecter et de recycler 90% des emballages », comme prévu par la directive sur les plastiques à usage unique (Sup). Le troisième est sociétal, car il « invite les consommateurs à réfléchir à leur acte de consommation ». En acceptant de payer à l’avance une caution, « le consommateur devient responsable, car il accepte l’idée du recyclage ». La complémentarité de Yoyo avec la consigne financière est évidente, car entre les deux, « seules les modalités sont différentes » : « Nous pouvons tout à fait devenir des opérateurs de déconsignation, avec ou sans automate ». Pour mettre au point ses YoyoEcobox, Yoyo travaille ainsi avec Larbaletier qui fournit notamment les Ecobox de Cristalline et Auchan.

Aspirateur

Voilà pour l’idée générale. Dans le détail, les questions ne manquent pas : « Si le projet consiste à dupliquer la consigne à l’allemande dans le système français, il n’a pas beaucoup d’intérêt ». L’objectif est que « la collecte des bouteilles serve d’aspirateur pour tous les autres déchets », et surtout « les moins recyclés ». La France ne recycle que 23% de ses emballages en plastique pour un taux global de 68%. «  La consigne sera vraiment innovante à condition que les collectivités locales soient "intéressées" au succès du nouveau dispositif », insiste Éric Brac pour qui  « la clé pour changer la donne durablement est de donner de la valeur à chaque déchet et ainsi donner une vraie impulsion sans en laisser au bord du chemin ». Yoyo déploie également des opérations dans des établissements recevant du public (ERP), comme des salles de cinéma, qui démontrent que le système est parfaitement adapté à la consommation hors domicile (CHD).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Sidel se renforce dans les outillages

Acquisitions

Sidel se renforce dans les outillages

Le spécialiste des équipements pour le conditionnement des boissons a fait l’acquisition de Comep. -    L’expertise de Sidel dans le soufflage de bouteilles en polyéthylène[…]

08/08/2019 | Plastiques
Une Goutte qui fait des vagues

Une Goutte qui fait des vagues

Des précisions sur les plastiques interdits

Des précisions sur les plastiques interdits

Ni BPA ni BPS dans les canettes

Sécurité sanitaire

Ni BPA ni BPS dans les canettes

Plus d'articles