Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Consigne : Coca-Cola avance ses pions

Henri Saporta
Consigne : Coca-Cola avance ses pions

L’entreprise appelle à « un saut de performance » de la collecte. -

Il faut avoir raté de nombreux épisodes pour ignorer que Coca-Cola, membre du Collectif boissons, soutient le déploiement d’une consigne pour recyclage des bouteilles en polyéthylène téréphtalate (PET) en France. Alors que le Sénat attaque l’étude du projet de loi relatif « à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire » (Lec) le 24 septembre après avoir entendu Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, le 10 septembre et organisé une conférence de presse le 18 septembre, l’entreprise s’exprime néanmoins publiquement sur le sujet depuis plusieurs jours. François Gay-Bellile, le président de Coca-Cola France, estime ainsi que pour « arriver à collecter 100% et transformer ce qui est un déchet en ressources », il faut « un saut de performance » que seule la consigne permet. Si l’Union européenne a donné comme objectif d'arriver à une collecte de 90% des emballages d'ici à 2029, « nous, on a mis la barre à 100% d'ici à 2025 » alors que la France atteint 57%.

Pas suffisamment de matières plastique

« Nous, on ne pense pas qu'on y arrivera avec le système actuel, ni même en améliorant le système actuel », indique le dirigeant qui fait allusion au dispositif du bac jaune piloté par Citeo. Coca-Cola est l’un des principaux contributeurs de la société agréée pour la valorisation des emballages et papiers ménagers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP). François Gay-Bellile affirme qu’il n'y a pas aujourd'hui « suffisamment de matières plastique » pour alimenter les usines de recyclage. La consigne doit ouvrir la voie à « l’intégration au minimum de 50% de plastique recyclé et faire en sorte que tous nos packagings soient recyclables ». L’entreprise travaille en conséquence sur la coloration de ses bouteilles, ses étiquettes et les encres pour simplifier le recyclage.

François Gay-Bellile reconnaît que la consigne « aura forcément un impact » sur la perception des prix des ventes aux consommateurs : « Au début, les gens se disent que ça coûte plus cher, mais une fois qu'on prend l'habitude de ramener les bouteilles, on se rend compte que c'est le même prix ». Interrogé par notre confrère LSA dans le numéro du 19 septembre, Benoist Berton, directeur stratégie emballages et économie circulaire France de Coca-Cola European Partners (CCEP), indique souhaiter que Citeo gère la consigne « via une filiale dédiée ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Social

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Prenant le relais de la Fédération nationale du bois (FNB), la filière en appelle aux pouvoirs publics pour la poursuite de l’activité à la suite de l'épidémie du Covid-19. - Le Syndicat[…]

27/03/2020 | BoisCovid-19
Adam a choisi la fermeture de ses sites

Stratégie

Adam a choisi la fermeture de ses sites

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Economie circulaire

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Ice Age Water se pare d’étiquettes plastique à base de bois

Economie circulaire

Ice Age Water se pare d’étiquettes plastique à base de bois

Plus d'articles