Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Social

Chez Verallia, le conflit social sur la présence d’amiante à Chalon-sur-Saône se poursuit

Pierre Monnier

Sujets relatifs :

, ,
Chez Verallia, le conflit social sur la présence d’amiante à Chalon-sur-Saône se poursuit

Poste de soufflage des bouteilles, ici dans l'usine Verallia de Vauxrot (Aisne).

© Franck Dunouau

Après une manifestation le 20 janvier, l’action de la CGT qui alerte sur la présence d’amiante au sein du site Verallia de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) se poursuit. Le syndicat a présenté le 23 janvier les dernières analyses réalisées dans l’usine. S’il y a bien de l’amiante, il ne serait pas dans l’air. –

Tout est parti d’un tract distribué le lundi 6 janvier. Signé par dix élus CGT, un droit d’alerte concernant le site Verallia de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et évoquant un « risque grave pour la santé publique et l’environnement par pollution à l’amiante » est alors rendu public. À la suite de cette publication, trois syndicalistes font l’objet d’une mise à pied à titre conservatoire le jeudi 9 janvier. Ils ont donc interdiction de pénétrer au sein de l’usine où sont fabriqués des bouteilles et des pots en verre. Depuis, un conflit social s’est déclenché et la direction affirme, analyses à l’appui, que les seuils réglementaires sont respectés.

Des mesures dans les matériaux et non dans l'air

Après que l’affaire a été médiatisée le lundi 13 janvier, la procédure engagée face à un « danger grave et imminent » a été clôturée le vendredi 17 janvier à l’unanimité des organisations syndicales, indique l’entreprise qui conteste tout danger. Cela n’a pas empêché le rassemblement de plus de 200 personnes devant la verrerie le lundi 20 janvier, comme le rapporte France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Cette manifestation organisée par la CGT a réuni des délégations des sept usines françaises de Verallia, mais aussi les membres d’autres sections CGT locales. Et ce pour dénoncer la menace d’un licenciement des trois élus mis à pied après l’alerte.

Seul problème, la législation française ne considère pas l’amiante contenu dans les matériaux comme un danger : les seuils réglementaires de sécurité d'un site se focalisent sur sa présence dans l’air. Selon l’entreprise, il n’y aurait donc aucun danger pour les salariés ou les habitants du secteur. Dans un communiqué sur ce conflit, Verallia a rappelé les contrôles qui ont été menés[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Un gobelet en peau d’orange

Economie circulaire

Un gobelet en peau d’orange

En partenariat avec Kookabarra, un producteur de jus de fruits frais pressés, Repulp a imaginé un matériau à base de déchets d’agrumes. - Dans une production de jus d’orange, la moitié du[…]

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Social

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Adam a choisi la fermeture de ses sites

Stratégie

Adam a choisi la fermeture de ses sites

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Economie circulaire

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Plus d'articles