Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Stratégie

[Covid-19] Adam a choisi la fermeture de ses sites

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
[Covid-19] Adam a choisi la fermeture de ses sites

Dès le 16 mars, le spécialiste girondin des caisses et coffrets en bois a opté pour la protection de ses salariés. Il réfléchit désormais à sa future organisation du travail. -

Dans l’usine de Sainte-Hélène (Gironde), où se situe également le siège de l’entreprise, et l’atelier de Reims (Marne), Jean-Charles Rinn, le président d’Adam, a privilégié le « capital humain ». Dès le lundi 16 mars au matin, la décision a été prise « collégialement » de suspendre l’activité. « Une décision guidée par le bon sens, celui de protéger nos équipes au même titre que nos propres familles », écrit dans une tribune ce patron atypique, adepte d’un modèle alternatif et qui a mis en place un management coopératif. « Aujourd’hui, nous réaffirmons ce choix », poursuit-il. Parce qu’il n’est pas d’accord avec les injonctions de continuité économique et les « accusations de traîtrise » : « L’entreprise et l’économie doivent être au service de ses parties prenantes et, en premier lieu, de ses salariés. Prendre le risque de les "sacrifier" pour "sauver" le taux de croissance n’a aucun sens. » Ou encore : « Aucune organisation du travail n’est compatible avec le respect des mesures barrière préconisées par les autorités de santé ». Il reconnaît néanmoins que la fabrication des caisses et coffrets en bois pour le marché des vins et spiritueux relève des activités non stratégiques, « qui ne sont d’ailleurs pas clairement définies ».

Engagements

Toutefois, seule la production est stoppée. Douze des 65 salariés, du service client, du développement, de la comptabilité, des ressources humaines, de la direction…, sont en télétravail pour assurer la continuité du service. « De toute façon, tous nos clients et la plupart de nos fournisseurs sont à l’arrêt. Poursuivre l’activité, ce serait faire du stock. » En contrepartie, la petite et moyenne entreprise (PME), qui réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros, a pris plusieurs engagements. Elle maintient l’intégralité des salaires jusqu’à fin avril, « quels que soient les dispositifs d’appui de l’État ». Les fournisseurs, dont beaucoup de très petites entreprises (TPE), seront réglés normalement. « Si l’un d’eux venait à être financièrement très fragilisé, nous anticiperions nos règlements. » Enfin, « pour ne pas alourdir la charge de l’État », aucun report de charges sur le mois de mars ne sera demandé.

Communication

Par ailleurs, pour maintenir la communication entre les salariés de l’entreprise, un groupe Facebook a été créé. Il permet de recueillir les questions, les témoignages et les bonnes pratiques. Pour le moment, en ressort surtout la perception du temps comme « une nouvelle richesse ». Les demandes de bénévolat affluent également.

Réouverture et organisation

Mais Jean-Charles Rinn se projette aussi sur la réouverture des sites et s’efforce de la préparer « le plus sereinement possible ». Pour cela, il a sollicité des acteurs de la prévention, la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail en Aquitaine (Carsat) et l’association AHI 33 (service de santé au travail) en particulier. « Toutes deux nous conseillent d’être prudents et de ne pas reprendre l’activité », rapporte le président d’Adam. Il consulte aussi d’autres entreprises sur leurs propres approches. « Nous devons envisager une nouvelle organisation du travail sur la base de préconisations officielles. Or, à ce jour, nous ne disposons d’aucun mode opératoire adapté à la situation sécuritaire des salariés, regrette-t-il. Nous n’allons tout de même pas désinfecter les 60 000 pièces de bois que nous manipulons chaque jour. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un gobelet en peau d’orange

Economie circulaire

Un gobelet en peau d’orange

En partenariat avec Kookabarra, un producteur de jus de fruits frais pressés, Repulp a imaginé un matériau à base de déchets d’agrumes. - Dans une production de jus d’orange, la moitié du[…]

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Social

Les mérandiers et tonneliers demandent un cadre légal clair

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Economie circulaire

Huhtamaki réaffirme ses ambitions durables

Ice Age Water se pare d’étiquettes plastique à base de bois

Economie circulaire

Ice Age Water se pare d’étiquettes plastique à base de bois

Plus d'articles