Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Technologie

B&R libère ses navettes

B&R libère ses navettes

L’automaticien lance Acopos 6D, un système de transport à six degrés de liberté, permettant d’augmenter la flexibilité des machines. -

Trois ans et demi après le lancement de l’AcoposTrak, son système de transport par navettes disposées sur un rail magnétique, B&R franchit une nouvelle étape dans la transitique avec l’Acopos 6D. L’objectif est toujours le même : déplacer des produits sur une machine pour leur faire franchir les différentes étapes du process. Mais il y a une nouveauté de taille : l’absence de rail. Les navettes, munies d’aimants permanents, sont en effet maintenues en lévitation, grâce à des segments, sorte de dalles créant une force opposée, au moyen d’un champ magnétique. Résultat des courses : ces navettes, appelées aussi shuttles, glissent d’un point à un autre, très rapidement, en flottant dans l'air. Elles se déplacent aussi beaucoup plus librement, sur l’axe des x, des y, mais aussi en hauteur, en diagonale, tout en pouvant s’incliner latéralement de ±10° sur la gauche comme sur la droite, à l’arrière ou en avant. B&R a compté en tout six degrés de liberté.

« Nous avons développé cette technologie pour trois secteurs en priorité : la santé et plus en général tous les métiers où les conditions d’hygiène sont très strictes comme les machines de remplissage aseptiques ; le conditionnement, où les besoins s’orientent toujours plus vers des machines ultra-flexibles, pour traiter par exemple des petits lots hétérogènes, ou pour remplacer les convoyeurs. Il y a aussi l’assemblage, les batteries en particulier », détaille Dario Rovelli qui dirige la mécatronique chez B&R. Au-delà de la souplesse - les changements de trajectoires sont immédiats -, la technologie se présente avantageuse à plusieurs égards. Tout d’abord, l’absence de contact entre les navettes et les segments évite toute lubrification et facilite l’hygiène. Le matériel ne souffre d’aucune usure. La compacité s’annonce comme un atout complémentaire :  l’appareil permet de remplacer des mètres de convoyeurs, tapis et autres carrousels qui "occupent de la place et n'apportent aucune contribution au process de production" selon Dario Rovelli. Le silence n’est pas à oublier, considérant le fait que la lévitation - a contrario de toutes les autres solutions de transport mécaniques ou mécatroniques - ne génère pas de friction, donc de bruit. Les opérateurs apprécieront … 

Une architecture évolutive

L’architecture de l’Acopos 6D se veut évolutive : un seul contrôleur peut gérer jusqu’à 200 segments et 50 navettes. B&R a prévu, pour répondre aux différents besoins, une dizaine de tailles de navettes différentes, de 120 x 120 mm à 450 x 450 mm avec des capacités de charges allant de 0,6 à 14,4 kg. « Tout est possible, nous avons même des segments qui peuvent faire office de peseuse, pour vérifier le poids d’un produit avec une précision de ± 1 g » indique Dario Rovelli.

L’Acopos 6D n’est pas une nouveauté sur le marché. Beckhoff Automation avait créé la surprise, il y a trois ans avec l’XPlanar, un système de transport similaire, également basé sur la sustentation magnétique. B&R pense toutefois apporter plusieurs améliorations au niveau de la répétabilité par exemple, de l’ordre de ±5 µm, de l’évolutivité avec une plus large gamme de tailles de navettes, ou encore de la capabilité avec la possibilité de gérer jusqu’à quatre navettes par segment. « L’équipement fonctionne sur le principe de l’IoT : indépendante, chaque navette possède sa propre signature, ce qui permet de la repérer sur la table et de lui assigner des tâches pour aller d’un poste à un autre », indique Dario Rovelli. Cette fonctionnalité peut se révéler très utile sur les lignes de conditionnement - assure le responsable - car les navettes peuvent monter des outillages particuliers, en fonction des formats de produits. Il est donc beaucoup plus simple de les rappeler lors de la mise en route, après un changement de format. Et de souligner : « A la différence de l’AcoposTrak, où le rail impose des séquences particulières entre les navettes et des trajectoires fixes, ici les mouvements sont libres, ce qui offre beaucoup plus de latitude dans les applications ». On ne peut s’empêcher de penser à des process où, au lieu de patienter sur un accumulateur, les produits vont d’un poste à l’autre au gré des disponibilités de chacun de ces postes, passant par exemple du marquage au pesage ou de l’étiquetage au contrôle à rayons X en fonction des places qui se libèrent…

Des accélérations jusqu'à 20/m/s²

Côté performances, les navettes de l’Acopos 6D peuvent atteindre une vitesse de 2 m/s avec des accélérations jusqu’à 20/m/s². Quant à la facture énergétique, qui peut représenter un poste de coût non négligeable sur ce type d’appareil, le constructeur évoque une consommation de 50 W dans le pire des cas, soit avec quatre navettes sur la même dalle qui se déplacent dans des directions opposées. Le système a été développé avec le canadien Planar Motor Inc (PMI), dont B&R est actionnaire. Déjà disponible - les derniers tests d’homologation sont en cours - l’Acopos 6D est testé sur des sites pilotes, y compris dans l’emballage alimentaire où une entreprise se sert de cette solution pour réduire l’empreinte au sol d’un convoyeur d’accumulation.

L’Acopos 6D rend-t-il pour autant obsolète l’AcoposTrak ? Non, répond B&R qui évoque plutôt une notion de complémentarité entre ces matériels, le premier étant davantage destiné à la transitique intra-machine quand le deuxième s’exprimera davantage sur une ligne complète. « A l’avenir, toutes ces machines travailleront ensemble, les robots faisant le lien entre les unes et les autres dans le cadre de lignes intelligentes, faciles à reconfigurer », analyse Dario Rovelli qui entrevoit, avec ces familles de matériels, la possibilité, pour la première fois, d’aboutir à un système de production de masse personnalisée qui soit économiquement rentable.  

La présentation en vidéo.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un nouveau président chez B&R

Carnet

Un nouveau président chez B&R

Joerg Theis est nommé à la tête de la division Machine Automation du groupe helvético-suédois. - Joerg Theis succède à Clemens Sager à la tête de la division Machine Automation[…]

B&R dissipe la chaleur de l’AcoposTrak

Technologie

B&R dissipe la chaleur de l’AcoposTrak

Leuze lance le premier capteur à fourche combiné

Technologie

Leuze lance le premier capteur à fourche combiné

Deux renforts au Geppia

Carnet

Deux renforts au Geppia

Plus d'articles