Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Economie circulaire

Une mine d'emballages à Rungis

Henri Saporta
Une mine d'emballages à Rungis

Le MIN de Rungis représente un gisement de 60 000 tonnes d'emballages.

Coved s'engage sur le recyclage des emballages du marché d'intérêt national. -

Premier marché mondial pour les produits frais, le marché d'intérêt national (MIN) de Rungis, implanté sur les communes de Rungis, Fresnes et Chevilly-Larue (Val-de-Marne) depuis 1969, traite quelque 2,2 millions de tonnes de marchandises par an. Soit un chiffre d'affaires global de 7,5 milliards d'euros généré par quelque 1200 entreprises desservant 18 millions de consommateurs. Sachant que 28 000 tonnes reviennent des détaillants qui s'approvisionnent chez les grossistes, ce sont 60 000 tonnes d'emballages qui transitent à Rungis chaque année. Ces déchets industriels et commerciaux banals (DICB) sont essentiellement des palettes en bois, des plateaux en carton et en bois mais aussi en plastique ou encore des films. Une véritable mine qui ne demande qu'à être mieux exploitée : le recyclage est encore minoritaire, l'incinération in-situ ayant été la solution de valorisation choisie à l'origine. C'est l'objet du contrat de six ans pour la collecte et le recyclage des déchets passé, en avril 2009, entre Coved (Saur) et la Société d'exploitation du marché international de Rungis[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

L’innovation alimentaire devient plus responsable

Décryptage

L’innovation alimentaire devient plus responsable

Le panorama mondial de l’innovation 2021 de ProtéinesXTC révèle une montée en puissance de l’éthique pour répondre aux attentes de consommateurs toujours plus soucieux d’impact[…]

22/04/2021 |
Michel & Augustin entre chez Day by Day

Stratégie

Michel & Augustin entre chez Day by Day

Huhtamaki se renforce en Chine

Acquisitions

Huhtamaki se renforce en Chine

L’agroalimentaire lance un cri d’alarme

Profession

L’agroalimentaire lance un cri d’alarme

Plus d'articles