Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Stratégie

Tosca veut bousculer l’offre dans le pooling

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
Tosca veut bousculer l’offre dans le pooling

Le groupe américain propose une alternative aux solutions du marché avec ses bacs à fond remontant et ses intercalaires pour boissons. -

 

En France, le marché des emballages en plastique réutilisables employés dans la grande distribution est dominé par deux spécialistes, Ifco et Euro Pool System, essentiellement présents dans les fruits et légumes et, dans une moindre mesure, dans la viande et la marée. La donne pourrait changer. C’est en tout cas ce qu’espère Tosca. Ce groupe américain, contrôlé par Apax Partners depuis 2017, fait figure de nouveau venu dans l’Hexagone. « Notre principal handicap est notre notoriété », avoue Fabrice Bourrot, directeur des ventes pour la France. Fort du rachat, en 2019 et en 2020, de deux sociétés bien connues dans le monde de la logistique et du pooling B to B que sont Polymers Logistics et Contraload, Tosca ambitionne de bousculer le marché en misant sur le service et une offre différente. L’entreprise met notamment en avant des conteneurs à fond remontant qui permettent de présenter le produit au consommateur, même si l’emballage est à moitié vide. « C’est à la fois intéressant pour le distributeur, qui n’a pas à alimenter en permanence son étalage, et bon pour l’environnement, parce qu'on évite d’oublier dans le fond de la caisse des produits qui auraient été perdus », explique Fabrice Bourrot.

Courroies et ressorts

Les emballages de Tosca, qui se présentent sous forme de conteneurs plus ou moins grands ou de casiers aux dimensions standardisées, sont brevetés. « Le mécanisme de remontée dynamique du fond dépend du poids du produit, on se sert d’une courroie pour les produits les plus lourds, comme les pommes de terre, alors qu’on utilise plutôt des ressorts pour les salades », indique Adrian Dale, directeur général de Polymer Logistics, en charge des ventes au détail pour Tosca. Le pooliste mise sur l’expérience acquise dans ce domaine dans les autres pays européens. En Allemagne, l’enseigne Edeka utilise les caisses Dynamic Shipper depuis sept ans, tandis que Colruyt, en Belgique, a opté pour les conteneurs Big Maxi. En plastique, ces deux emballages à fond remontant sont également réutilisables. Les bacs Dynamic Shipper sont même montés sur roulettes afin de faciliter la manutention en magasin. « Au Royaume-Uni, nos solutions à fond relevable dynamique sont employées pour le transport et la présentation en rayon des œufs », explique Adrian Dale.

Tête de gondole

Les fruits et les légumes ainsi que les œufs constituent justement les segments ciblés par Tosca en France. Un deuxième axe est représenté par les intercalaires de demi-palettes (600 x 800) pour boissons. L’idée n’est pas nouvelle. Elle consiste à se servir de ces supports réutilisables pour exposer les produits au milieu d’une allée en magasin, ou en tête de gondole. Les atouts ? Une présentation originale qui permet, au passage, de supprimer les suremballages en carton ou en film. Toutefois, force est de constater qu’en France bien peu de producteurs et d’enseignes s’en servent. « Nous allons travailler dans de multiples directions, à la fois chez les distributeurs, pour les convaincre des atouts de nos produits en termes de marketing et d’environnement, et chez les industriels pour leur souligner l’intérêt qu’elles possèdent sur le plan logistique et économique », observe Fabrice Bourrot. Et d’ajouter : « Avec le Covid-19, la période n’est pas des plus favorables, mais nous avons de sérieux arguments pour les convaincre. »

Logistique et gestion

Si tels sont les emballages que Tosca veut introduire sur le marché, le groupe se propose de fournir, comme le font déjà ses confrères Ifco et EPS, toute la logistique et la gestion en pool, à savoir récupérer les conteneurs une fois qu’ils ont été utilisés pour les trier, les inspecter, les nettoyer et les remettre dans le circuit. La société compte s’appuyer sur le circuit B to B de Contraload en France et ses trois stations de lavage « prestées » de Rennes, Strasbourg et Lyon. « L’objectif n’est pas de faire comme les autres, mais de nous imposer avec un emballage qui rend réellement service », conclut Fabrice Bourrot.

Tosca réalise un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros et emploie 2000 personnes. Situé à Atlanta, aux États-Unis, le groupe revendique un parc de 40 millions de conteneurs et 50 centres de service.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’industrie des tubes sous la pression du prix des matières premières

Profession

L’industrie des tubes sous la pression du prix des matières premières

Comme l’ensemble des emballages, le tube subit une flambée des prix de l’aluminium et des plastiques. Selon l’Association des fabricants de tubes européens, les bilans des fabricants sont considérablement[…]

Yoplait met du rPS dans ses pots

Economie circulaire

Yoplait met du rPS dans ses pots

Saint Louis gagne quelques grammes

Economie circulaire

Saint Louis gagne quelques grammes

Multivac supprime les intercalaires dans les barquettes

Economie circulaire

Multivac supprime les intercalaires dans les barquettes

Plus d'articles