Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Too Good To Go part en campagne

Too Good To Go part en campagne

Alors qu’il poursuit son expansion en s’implantant aux États-Unis, le spécialiste de la lutte contre le gaspillage alimentaire présente trois avancées sur les engagements du pacte sur les dates de consommation. -

Quatre ans après sa création, l’application de lutte contre le gaspillage alimentaire Too Good To Go, qui met en relation des particuliers avec des commerçants ou restaurateurs partenaires afin de venir récupérer leurs invendus alimentaires, compte près de 25 millions d’utilisateurs dans quatorze pays européens. Forte de ce succès, la start-up tente de s’exporter aux États-Unis, en commençant par New York et Boston. « Le gaspillage là-bas n’est pas un sujet de société aussi fort qu’en Europe. Il y a énormément de travail à faire aux États-Unis pour le réduire et changer les mentalités sur le long terme », estime Lucie Basch, sa cofondatrice et présidente en France.

Communication sur les DDM

De ce côté-ci de l’Atlantique, l’application mobile ne relâche pas ses efforts. À l’occasion de la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire, le 16 octobre, et accompagnée des 51 signataires du Pacte sur les dates de consommation, elle concrétise le premier des dix engagements de ce dernier et lance sa première campagne de sensibilisation nationale sur les dates de durabilité minimale (DDM). Affichage, Internet, réseaux sociaux, télévision, presse écrite, l’entreprise utilise tous les supports pour expliquer qu’un produit alimentaire peut perdre en qualité une fois la date dépassée, mais qu’il reste tout à fait consommable.

Rayons « antigaspi »

La mise en place de rayons « antigaspi » pour des DDM proches ou dépassées, qui constitue le troisième engagement, est testée également dans plusieurs enseignes. Auchan, Bio C’ Bon, Cora, NaturéO, supermarchés Match et Système U créent ainsi des espaces dédiés, avec une signalétique (stop-rayon et jupes droites) adaptée. « Cela génère 20% de démarque en moins », témoigne-t-on chez Auchan Retail France.

Faire confiance à ses sens

Ensuite, et c'est le quatrième engagement, plusieurs industriels accentuent la différenciation visuelle entre date limite de consommation (DLC) et DDM, afin d’éviter une confusion responsable de 20% du gaspillage alimentaire total. Le groupe Bel le propose sur La Vache qui rit depuis juin. Il est désormais rejoint par Nestlé, pour les marques Mousline, Nestlé Dessert, Nesquik, Ricoré et Chocapic, Savencia, pour Saint-Môret, Lesieur, pour Isio 4, NaturéO, pour le comté, le miel et le sirop d’agave à sa marque, Cora, pour les produits à sa marque, et Nature & Découvertes. Tous incluent des pictogrammes sur les emballages qui visent à inciter le consommateur à faire confiance à ses sens pour « observer, sentir, goûter » l’aliment une fois la DDM dépassée plutôt que de le jeter directement. Sur certains de ses produits, NaturéO remplace même la mention « à consommer de préférence avant » par « pour une dégustation optimale ». « Un Français sur deux ne fait pas la différence entre une DLC et une DDM, remarque Lucie Basch, en apportant une information claire, on peut faire évoluer les habitudes de chacun pour réduire le gaspillage alimentaire à la maison [...]. En mutualisant nos ambitions et nos efforts, on peut vraiment faire bouger les lignes. Nous sommes confiants que les consommateurs vont eux aussi jouer le jeu ! » La dirigeante espère aussi une évolution réglementaire et la substitution de la DDM à la DLC sur de nouvelles denrées, ainsi que l’élargissement de la suppression de la date, comme sur le vinaigre par exemple.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le réemploi des emballages testé à Rennes

Economie circulaire

Le réemploi des emballages testé à Rennes

Lancé par Scarabée Biocoop, Triballat-Noyal et Uzaje, le projet collaboratif ZeroWest est déployé dans neuf magasins de l’agglomération rennaise et porte sur 150 références de produits. Il[…]

23/10/2020 | BoissonsVerre
Huit projets de start-up soutenus par Huhtamaki

Economie circulaire

Huit projets de start-up soutenus par Huhtamaki

Le gaspillage alimentaire, un scandale toujours d’actualité

Profession

Le gaspillage alimentaire, un scandale toujours d’actualité

Nestlé s’engage aux côtés de Plastic Energy

Economie circulaire

Nestlé s’engage aux côtés de Plastic Energy

Plus d'articles