Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Schubert gère la complexité dans le fromage

Tiziano Polito
Schubert gère la complexité dans le fromage

Le remplissage des cartons est effectué avec des robots F2.

© © Frieder Daubenberger

Le constructeur a développé une ligne d’encaissage pour traiter des barquettes de hauteur différentes pour le compte de son client Jermi. -

Augmenter la production de son usine tout en disposant d’une installation qui soit assez performante pour encaisser, dans le même carton, des blisters de hauteur différente : telles étaient les deux principales requêtes de Jermi, un producteur de fromages en tranches de type Gouda, Tilsiter et Edam, basé à Laupheim-Baustetten (Allemagne). Schubert a relevé le challenge en développant une ligne d’encaissage de type TLM capable d’encaisser 270 produits à la minute. 13 formats de cartons sont possibles. L’un des défis consistait à sélectionner et manipuler des blisters de hauteur différente, conditionnés sur une autre machine, à l’amont. En effet, les fromages présentent des différences de poids, du fait de la présence de trous irréguliers. Or, Jermi exigeait des barquettes à poids fixe, sur deux plages de contenances nominales, de 250 et 400 g.

Convoyeur à navettes 

Pour parvenir à introduire le même nombre de barquettes dans le même emballage secondaire, un carton prêt-à-vendre (PAV), Schubert a eu recours à une combinaison de technologies propriétaires comme les convoyeurs à navettes Transmodul et les robots F4 et F2. Sa ligne, plutôt compacte en regard des opérations qu’elle effectue, se compose de cinq modules. Les deux convoyeurs à navettes servent, respectivement, au groupage des blisters et au transport des découpes ; les cartons sont formés sur l’un d’entre eux pendant que les fromages sont groupés sur l’autre. Afin de limiter les espaces morts dans le PAV, Schubert a développé un système de pré-regroupement : une fois saisis par les robots pick-and-place F4, les blisters sont pressés et rapprochés les uns des autres puis déposés dans des cassettes.

10% de produit supplémentaire 

Une deuxième série de robots cartésiens de type F2, se charge ensuite de prendre le lot et de l’insérer dans le carton. La coiffe est posée dans la foulée, toujours grâce à un robot qui effectue en l’occurrence une légère pression pour compacter le lot (photo ci-dessous). Le carton est ainsi fermé. Grâce à cette astuce, il est possible de rajouter 10% de produit en plus par carton. « Nous pourrions même mettre une couche supplémentaire de fromages dans le carton si nous le voulions », indique Kanellos Tzinieris, responsable commercial chez Schubert. La machine TLM est également capable de regrouper les produits puis de les insérer dans des bacs en plastique qui sont ensuite stockés en chambre froide. Jermi se sert ensuite de ce stock pour répondre à des commandes particulières réalisant, cette fois-ci, un encaissage manuel. Fondé il y a 120 ans, Jermi emploie 370 salariés.

Basé à Crailsheim (Allemagne), Schubert développe des machines pour l'emballage secondaire et des solutions pour le conditionnement autour des technologies flow-pack, thermoformage et remplissage. En 2018, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 283,9 millions d'euros avec un effectif de 1300 personnes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Des couchages à la carte avec Walki

Des couchages à la carte avec Walki

Le papetier finlandais veut combiner fonctionnalités et aptitudes au recyclage. - Avec Walki-Pack et Walki-Cup, Waki propose des gammes de cartons pour emballages alimentaires et gobelets en carton pour boissons froides ou chaudes dont le[…]

20/05/2019 | BoissonsCarton plat
Tupperware signe avec Sabic

Tupperware signe avec Sabic

Yuka franchit les 10 millions de téléchargements

Yuka franchit les 10 millions de téléchargements

Ceisa Packaging optimise son impression

Ceisa Packaging optimise son impression

Plus d'articles