Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Le réemploi à l'échelle industrielle chez Uzaje

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
Le réemploi à l'échelle industrielle chez Uzaje

Les deux machines de lavage du site de Neuilly-sur-Marne.

Spécialiste de la gestion complète de contenants réutilisables, la jeune entreprise a inauguré son premier centre de lavage à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), en présence de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. -

La logistique et le lavage sont des paramètres décisifs dans la mise en place de solutions industrielles pour le réemploi des emballages. Uzaje l’a bien compris. Après plusieurs expérimentations menées dans les cantines scolaires, la restauration commerciale, la restauration d’entreprise, la distribution alimentaire et le portage à domicile, la jeune entreprise créée en 2018 par Emmanuel Auberger, ancien Pdg de Verallia France, Anne-Sophie Colin et Gonzague Gru, a ouvert son premier centre de lavage industriel dédié en décembre 2020. Situé à Neuilly-sur-Marne, en Seine-Saint-Denis, il a été inauguré le 15 février par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, en présence de Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président de la Région Ile-de-France, Patrice Anato, député, Zartoshte Bakhtiari, maire, Anne Coste de Champeron, sous-préfète, Arnaud Leroy, président de l’Agence de la transition écologique (Ademe), et Jean Hornain, directeur général de Citeo. Juste après la signature de la charte d’engagement par la ministre et 19 acteurs de la restauration livrée, dont Uzaje.

De g. à dr., Anne Coste de Champeron, sous-préfète, Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président de la Région Ile-de-France, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Emmanuel Auberger, président-fondateur d'Uzaje, et Patrice Anato, député de Seine-Saint-Denis.

 

40 millions de contenants par an

Uzaje propose un service clé en main : gestion des contenants réutilisables en verre, plastique ou Inox – dotés d’un QR code pour être tracés – jusqu’à la déconsignation, tri, lavage et inspection, kits de communication pour l’appropriation des consommateurs, transport et organisation complète de la boucle de réemploi. Au cœur du dispositif, le site de Neuilly-sur-Marne, d’une surface de 1300 m², et qui emploiera plus de 40 personnes d’ici cinq ans, a nécessité près d’un million d’euros d’investissement. Il permettra de laver 40 millions de contenants par an, « évitant ainsi 3300 tonnes de déchets », précise Gonzague Gru. Pour ce faire, il est équipé de deux machines de lavage, d’une capacité de 4700 unités/heure, l’une par immersion, réservée aux bouteilles en verre de 25 à 100 cl, l’autre par aspersion, pour les autres contenants, bacs, couverts et trémies, afin de « mutualiser les prestations pour plusieurs secteurs ». « Alors que les matériels en service fonctionnent au gaz ou au fioul, les nôtres sont électriques », souligne encore Gonzague Gru.

Maillage territorial

Le centre, ainsi que le site créé à Rennes (Ille-et-Vilaine) avec l’entreprise adaptée La feuille d’érable, travaille déjà avec plus de 50 clients distributeurs, industriels et restaurateurs, tels que Système U, Franprix, Scarabée Biocoop, DailyPic, Elior, Saveurs et Vie, Triballat, Les Côteaux nantais, FM Logistic, Intermarché, et les syndicats intercommunaux Syrec, Siresco et Sivuresc. Pour accompagner cette expansion, il est d’ailleurs appelé à être dupliqué : Uzaje prévoit d’en ouvrir six autres à Bordeaux, Marseille et Strasbourg en 2021, à Lille, Lyon et Toulouse en 2022, et de rénover celui de Rennes. « Parce que le maillage territorial est, avec la mutualisation et la standardisation des processus et des emballages, l’une des clés d’une économie d’échelle, d’une supply chain durable, d’une accélération de la sortie du tout jetable et, finalement, du succès », explique Emmanuel Auberger. De quoi porter les capacités de traitement de l’entreprise à 300 millions de contenants par an et créer 400 emplois industriels « non délocalisables ». En parallèle, la start-up, qui comptait 8 salariés jusqu’à présent, se structure davantage et muscle ses équipes commerciale, marketing et développement.

Économie sociale et solidaire

« Le réemploi permet de réduire les déchets, d’économiser des ressources précieuses, de préserver la biodiversité, de favoriser des circuits courts et de créer des emplois locaux. Attachés aux valeurs de l’économie sociale et solidaire, nous souhaitons montrer qu’il est possible de mettre l’impact environnemental, économique et social au cœur de l’entreprise et de la société. Tout en soutenant la croissance économique », conclut Emmanuel Auberger. Qui annonce la présentation prochaine d’une étude d’impact économique, social, environnemental et sanitaire sur le réemploi d’une bouteille de 1 l de jus de fruits qui comparera le verre réemployable, le verre perdu et le polyéthylène téréphtalate (PET) intégrant 90 % de matière recyclée.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un expert du conditionnement et des produits laitiers à la tête de Gasti

Carnet

Un expert du conditionnement et des produits laitiers à la tête de Gasti

Berthold Burgmeier rejoint le constructeur de machines allemand qui fait partie du groupe Ima Dairy & Food. - Thomas Becker poursuit sa politique de recrutement. Après avoir réorganisé l’état major[…]

Monbento accompagne les restaurateurs dans le réemploi

Economie circulaire

Monbento accompagne les restaurateurs dans le réemploi

[Covid-19] Un pass sanitaire pour le CFIA

Profession

[Covid-19] Un pass sanitaire pour le CFIA

Constantia Flexibles s’impose dans les snacks

Acquisitions

Constantia Flexibles s’impose dans les snacks

Plus d'articles