Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Le Nutri-Score ? Un « péril mortel »…

Le Nutri-Score ? Un « péril mortel »…

Julien Denormandie a appelé à « revoir la méthodologie » de calcul du système d’information nutritionnelle (SIN) français que l’Europe pourrait rendre obligatoire. -

L’appel a bien été entendu. Après la prise de position radicale de la Confédération générale des producteurs de lait de brebis et des industriels de Roquefort (CGPLBIR) le 11 octobre, Julien Denormandie a appelé à « revoir la méthodologie » du Nutri-Score. Lors du congrès de l'Association nationale des élus de la montagne au Grand-Bornand (Haute-Savoie) le jeudi 21, le ministre de l’Agriculture a expliqué que le système d’information nutritionnelle (SIN) facultatif devait mieux prendre en compte les particularités des produits du terroir couvert par une appellation d’origine (AOP) ou une indication géographique (IGP) protégées comme le roquefort.

Pas de compétition

« Fondée sur des quantités », la méthode de calcul se traduit par « des classifications qui ne sont pas forcément conformes à l'habitude alimentaire », a développé Julien Denormandie qui s’inscrit, en l’occurrence, dans la ligne de Lactalis. « Le Nutri-Score est très important. Il faut le défendre parce que c'est la demande du consommateur d'avoir cette information. Mais oui à un Nutri-Score dont la méthodologie est revue et qui soit fait au niveau européen pour être assuré qu'il n'y a pas de compétition entre les différents produits contre les produits français », indique le ministre.

Mauvaise notation

D’estimer toutefois qu'exempter les AOP du Nutri-Score n'est pas la solution, l'idée étant plutôt d’éviter une mauvaise notation. « Je pense que vous êtes conscient du danger qui nous guette […] Avec cette histoire de Nutri-Score, il y a un péril mortel pour nous », a plaidé Annie Genevard. La députée du Doubs évoquait la filière du comté. Sur l’échelle de A à E de vert à orange, le roquefort écope, pour sa part, d’un « E » en raison des matières grasses et du sel. Soit « une approche punitive des aliments » pour Lactalis, premier producteur de roquefort et farouche opposant au Nutri-Score.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Recolim teste les bacs en Inox dans les cuisines centrales

Profession

Recolim teste les bacs en Inox dans les cuisines centrales

Le groupe de travail de trois cuisines intercommunales de restauration collective franciliennes a fait un point d’étape sur la transition vers des contenants réemployables. - En 2019, trois cuisines intercommunales de[…]

02/12/2021 | Acier
Une double couche pour traquer les os dans les filets de poulet

Technologie

Une double couche pour traquer les os dans les filets de poulet

Options veut structurer le réemploi chez les restaurateurs

Economie circulaire

Options veut structurer le réemploi chez les restaurateurs

Riverpack embellit les fêtes de Christophe Roussel

Technologie

Riverpack embellit les fêtes de Christophe Roussel

Plus d'articles