Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Le Mater-Bi est biodégradable dans l’eau de mer

Tiziano Polito
Le Mater-Bi est biodégradable dans l’eau de mer

Novamont, qui produit cette résine biosourcée servant à fabriquer des sacs, a réalisé des tests. -

Les fabricants de bioplastiques ne cessent de le répéter, ce n’est pas parce qu'un emballage est compostable ou biodégradable, ou encore mieux, biodégradable dans l’eau de mer, qu’il faut l’abandonner dans la nature. Tout en rappelant cet impératif, Novamont annonce qu’il a fait réaliser des tests prouvant que le Mater-Bi, son bioplastique phare, qui sert notamment à fabriquer des sacs de sortie de caisse et des sachets pour fruits et légumes, se dégrade dans ses éléments constitutifs, y compris s’il finit, par mégarde, en mer. Pour mémoire, ce bioplastique, parmi les plus anciens du marché, est issu en partie de ressources végétales et peut se composter.

Trois volets 

Pour prouver sa biodégradabilité en milieu marin, l’entreprise italienne a articulé ses études autour de trois volets complémentaires : la biodégradabilité marine intrinsèque, la désagrégation en milieu marin et l’écotoxicité déposée dans les sédiments. Les analyses, réalisées sur des sacs pour fruits et légumes, ont été respectivement conduites par les laboratoires Novamont, Hydra Marine Sciences et l’université de Sienne (Italie). Concernant la biodégradabilité en milieu marin, Novamont a utilisé la méthode prévue par le standard UNI EN ISO 19679:2018 qui prévoit l’exposition des échantillons de plastique aux micro-organismes présents dans les sédiments marins. Les tests démontreraient notamment que le Mater-Bi se comporte comme le papier, sur une période inférieure à un an, et que la vitesse de biodégradation augmente à mesure que la taille des particules qui le composent diminue. Finalement, le Mater-Bi ne laisserait aucun résidu, puisque complètement biodégradable en 20-30 jours, assure Novamont.

Île d'Elbe 

En ce qui concerne la désagrégation en milieu marin, les tests réalisés par Christian Lott sur les côtes de l’île d’Elbe (Italie) démontrent pour leur part qu’il faut attendre entre quatre mois et un an pour que les sachets de fruits et légumes en Mater-Bi se dégradent complètement. L’étude du laboratoire biomarqueurs et impacts plastiques du département de sciences physiques de la terre et de l’environnement de l’université de Sienne menée par Maria Cristina Fossi et Silvia Casini a consisté en revanche à examiner les effets d’un sédiment marin « inoculé » avec du Mater-Bi ou de la cellulose sur des algues unicellulaires, des oursins et des daurades. Dans les trois cas, aucun effet d’écotoxicité n’a été relevé, constatent les universitaires.

Basé à Novara, dans le nord de l’Italie, Novamont est spécialisé dans la profusion de bioplastiques et de bioproduits. L’entreprise a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 238 millions d’euros avec un effectif de 600 personnes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Scapmarée veut innover dans la marée

Economie circulaire

Scapmarée veut innover dans la marée

La centrale d’achat d'E. Leclerc organise un concours d’innovation. - Coopérative d’achat des produits de la mer du distributeur E. Leclerc, Scapmarée lance son premier concours de création[…]

18/09/2019 | Concours
Sans gluten, mais avec datura

Sécurité sanitaire

Sans gluten, mais avec datura

L'e-commerce et les solutions durables portent les emballages pour l’agroalimentaire

Profession

L'e-commerce et les solutions durables portent les emballages pour l’agroalimentaire

Le verre renoue avec la croissance

Profession

Le verre renoue avec la croissance

Plus d'articles