Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Sécurité sanitaire

« Le BPA ne présente pas de risque »

« Le BPA ne présente pas de risque »

L’Efsa estime que l'exposition par voie alimentaire est trop faible pour être dangereuse, quels que soient les groupes d'âge. -

L’avis tant attendu de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) sur l’exposition au bisphénol A (BPA) et sa toxicité a été publié ce matin. Et il va faire beaucoup de bruit en France puisqu’il s'oppose totalement aux arguments de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), de nombre de scientifiques et, par suite, du gouvernement français. Pour l’Efsa, en effet, « aux niveaux actuels d’exposition, le BPA ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d'âge (y compris les enfants à naître, les nourrissons et les adolescents) », indique-t-elle dans un communiqué. De compléter : « L'exposition par voie alimentaire ou par l’intermédiaire d'une combinaison d’autres sources (alimentation, poussière, cosmétiques et papier thermique) est considérablement inférieure au niveau sans danger (la « dose journalière tolérable » ou DJT). » Dans un rapport intermédiaire en janvier 2014, l'Efsa se montrait pourtant plus prudente, jugeant que le BPA pouvait être nocif, même s'il présentait un risque sanitaire « faible » au vu des taux réels d'exposition.

 

Estimations 3 à 5 fois inférieures

En se basant sur de nouvelles données et de nouvelles méthodologies disponibles, l’Efsa souligne que ses experts ont été conduits à préconiser une réduction « considérable du niveau sans danger du BPA », de 50 microgrammes par kilogramme de poids corporel par jour (µg/kg de pc/jour) à 4 µg/kg de pc/jour, soit une valeur douze fois et demie inférieure au niveau précédent. Malgré cela, « les estimations les plus élevées de l'exposition alimentaire ou de l'exposition provenant d'une combinaison de sources diverses sont de trois à cinq fois inférieures à cette nouvelle DJT, selon le groupe d’âge », expose l’agence européenne. « Nous savons à présent que l'exposition alimentaire est de quatre à quinze fois plus faible que précédemment estimée par l'Efsa, en fonction du groupe d'âge », ajoute Trine Husøy, l'un de ses experts, présidente du groupe de travail sur le BPA. Cette conclusion s’applique également aux femmes enceintes et aux personnes âgées. Les incertitudes entourant les effets sanitaires potentiels du BPA sur la glande mammaire, les systèmes reproductif, métabolique, neurocomportemental et immunitaire ont été quantifiées et prises en compte dans la DJT. Celle-ci est donc temporaire, dans l’attente des résultats[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Lec : l’industrie agroalimentaire appelle au pragmatisme

Profession

Lec : l’industrie agroalimentaire appelle au pragmatisme

L’Ania salue un projet de loi majeur, mais souhaite une application « réaliste et concertée ». - À son tour, l’industrie agroalimentaire, à travers son organisation professionnelle,[…]

Un premier client français pour la brique Signature

Un premier client français pour la brique Signature

Selon UFC-Que Choisir, la transparence de la purée Mousline laisse un goût amer

Selon UFC-Que Choisir, la transparence de la purée Mousline laisse un goût amer

Lactel sensibilise au recyclage

Lactel sensibilise au recyclage

Plus d'articles