Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

La plate-forme Hub vrac a montré son potentiel

Arnaud Jadoul
La plate-forme Hub vrac a montré son potentiel

© Petrel

Testé de février à juin, le système, qui vise à réduire les déchets d’emballage amont dans la filière, se révèle positif sur le plan environnemental mais plus mesuré au niveau économique. -

Des bilans opérationnel et environnemental positifs, mais des résultats plus mesurés au niveau économique : telles sont les premières conclusions de l’expérimentation du concept Hub vrac menée de février à juin 2021 en Ile-de-France. Il s’agissait d’une plate-forme mutualisable et modulaire à l’échelle régionale permettant le nettoyage, le reconditionnement et le réemploi des emballages des produits vrac utilisés en amont de la filière. Porté par Réseau vrac, la place de marché dédiée WeBulk et le spécialiste de la gestion circulaire des emballages Petrel, le projet visait ainsi à réduire les déchets d’emballage à ce stade du circuit de distribution.

Casse produit plus faible

En pratique, cette réduction est réelle. Et c’est une source de satisfaction pour les commerçants parce qu’elle correspond à leur philosophie du vrac. En outre, les bacs réutilisables se sont révélés robustes et la casse produit s’est avérée finalement plus faible qu’avec les emballages jetables classiques, en plastique ou en kraft. Des points d’amélioration ont cependant été identifiés en ce qui concerne l’étanchéité de certaines de ces caisses. « Le test a permis de répondre aux enjeux de protection produit, de praticité de manipulation et de stockage qui pouvaient jusqu’ici être un frein pour les fournisseurs et les commerçants. Il reste notamment des améliorations à apporter dans le volume des bacs et l’optimisation des palettes », indique Réseau vrac.

Réduction des émissions de CO2

Le concept présente par ailleurs une plus-value environnementale. Les acteurs du projet craignaient de déplacer le problème des emballages jetables vers une augmentation du bilan carbone ou de la consommation d’eau liés au transport et au nettoyage des bacs. Or, après sept cycles, « le réemploi via le système WeBulk a un meilleur impact que le modèle préemballé », observe Réseau vrac. Par rapport à un système de livraison directe avec emballages à usage unique, la réduction des émissions de CO2 est de 0,5 kg. De plus, 50 kg d’emballages jetables ont pu être évités grâce à 161 bacs réutilisables.

Nécessaire massification des volumes

Le modèle économique reste cependant à optimiser. Pour l’expérimentation, les coûts – prix du bac, transport, stockage, reconditionnement et nettoyage – ont été supportés par WeBulk. Pour que le système soit rentable, ils devraient être répercutés auprès des consommateurs. Ce que les commerçants n’acceptent pas. « La solution résidera donc dans la massification des volumes qui permettrait (…) d’obtenir un coût par cycle et par bac acceptable », estime Réseau vrac. De conclure que « ce bilan prouve son fonctionnement, son utilisé et sa pertinence. Reste à penser un modèle économique efficace pour déployer et généraliser des plates-formes de ce type dans d’autres régions. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Bio-Fed élargit son offre dans le compostable

Economie circulaire

Bio-Fed élargit son offre dans le compostable

Le fabricant de bioplastiques propose de nouvelles matières pour le thermoformage. - Spécialisé dans les plastiques biosourcés, Bio-Fed lance sur le marché trois grades de M·Vera, l’un de ses[…]

L’économie circulaire au menu du LNE

Profession

L’économie circulaire au menu du LNE

Dernière ligne droite pour Alina

Profession

Dernière ligne droite pour Alina

Un prix pour Koovea lors de la SITL

Profession

Un prix pour Koovea lors de la SITL

Plus d'articles