Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

La livraison de repas s’engage

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
La livraison de repas s’engage

© Ministère de la Transition écologique

19 acteurs du secteur ont signé une charte avec le ministère de la Transition écologique. Objectifs principaux : réduire les emballages en plastique à usage unique, développer le réemploi et mieux recycler. -

En juillet 2020, les acteurs de la livraison de repas s’étaient engagés devant Brune Poirson, alors secrétaire d’Etat à la Transition écologique, à formuler des propositions pour réduire la quantité de déchets que génère leur secteur. La promesse a été concrétisée le 15 février : 19 acteurs du secteur de la restauration livrée ont signé une charte d’engagement avec le ministère de la Transition écologique, qui fixent des objectifs ainsi résumés par la ministre, Barbara Pompili : « le plastique ne doit plus être automatique ! » Concrètement, les plateformes d’intermédiation Uber Eats, Deliveroo, Tiptoque, CoopCycle et Stuart, les « restaurants virtuels » fonctionnant à partir d’une cuisine centrale que sont Frichti, Nestor, Popchef, Foodchéri, Foodles, Sabeurs et Vie, les porteurs de solution de réemploi Uzaje, Green Go, Reconcil, En boite le plat et Pyxo, et les fournisseurs d’emballages Metro, Pyrex et Arc International vont réduire les contenants et emballages en plastique à usage unique, développer leur réemploi et mieux les recycler.

Réemploi

Dix engagements structurent cette charte. Le premier d’entre eux consiste à atteindre un taux de « 50 % des emballages livrés sans plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2022 puis 70 % d’ici le 1er janvier 2023 », y compris pour la logistique entre les cuisines, les entrepôts et les points de livraison. Le texte prévoit aussi l’interdiction des sacs plastique d’ici le 1er janvier 2023 et la fin de la livraison systématique de couverts et de sauces dès le 1er mars 2021. Douze expérimentations locales de réemploi des contenants pour plats – qui doivent être recyclables – seront également lancées. Détaillées dans la charte, elles doivent permettre de valider l’intérêt écologique et la viabilité économique des solutions, notamment en testant la réemployabilité et l’usage des contenants, en évaluant les dimensions technico-économiques des opérations liées à la collecte, au transport et au nettoyage des contenants, en identifiant les principaux points de blocage qui pourraient freiner le développement de ces nouveaux modèles et en étudiant les retours des consommateurs vis-à-vis des modèles de réemploi et de consigne.

Recyclage

L’objectif de 100 % d’emballages recyclables – « disposant d’une filière effective de collecte et de recyclage en France » – au 1er janvier 2022 constitue une autre mesure phare de la charte. En complément, « les résines plastiques les plus problématiques à recycler » devront être bannies dès le 1er juillet 2021. Sont cités le polychlorure de vinyle (PVC), tous les types de polystyrène (PS), le polyéthylène téréphtalate (PET) opaque et les complexes. Un volet sensibilisation et communication est également inclus. Enfin, la charte rappelle plusieurs dispositions de la loi Antigaspillage pour une économie circulaire (Agec) concernant la « sortie du plastique à usage unique ».

Accompagnement

L’avancement de la concrétisation de ces engagements sera examiné par un comité de suivi. Une communication sera réalisée à ce sujet tous les six mois. Rappelant l'enjeu, à savoir plus de 200 millions de repas livrés par an, qui génèrent plus de 600 millions d'emballages à usage unique, et une progression du marché de 20 % par an, le ministère précise qu’il accompagnera les expérimentations de réemploi, avec l’appui de l’Agence de la transition écologique (Ademe). Barbara Pompili a ajouté que les entreprises impliquées – dont certaines ont mis en avant de très courts délais d'adaptation – devraient certainement pouvoir bénéficier du plan de relance du gouvernement et de l’abondement de 226 millions d’euros du fonds Economie circulaire de l’Ademe.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Guillin reprend Gault & Frémont

Acquisitions

Guillin reprend Gault & Frémont

Le groupe français d’emballage alimentaire se renforce dans les solutions en papier et carton pour les métiers de bouche. - Le groupe Guillin cherche à se développer dans le papier et le carton depuis le[…]

04/03/2021 | PapierCarton plat
Rovema effectue deux acquisitions

Acquisitions

Rovema effectue deux acquisitions

Savéol élargit sa gamme de barquettes en carton

Economie circulaire

Savéol élargit sa gamme de barquettes en carton

Leygatech rebondit avec l’économie circulaire

Economie circulaire

Leygatech rebondit avec l’économie circulaire

Plus d'articles