Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

L’Europe ouvre les débats sur le Nutri-Score

L’Europe ouvre les débats sur le Nutri-Score

Serge Hercberg s’attend à des nouvelles passes d’armes, comme le montre la prise de position de l’AOP Roquefort.-

Dans le cadre de la « Stratégie de la ferme à l'assiette », le Parlement européen entame, le mardi 19 octobre, les débats sur le Nutri-Score. L’objectif ? Le rendre obligatoire en 2022. Déployé, à l’initiative du professeur Serge Hercberg en 2014, depuis la France dans six pays de l’Union européenne actuellement, ce système d’information nutritionnelle (SIN) facultatif s’inscrit dans les signalétiques dites « Front of Pack » (FoP), soit visibles sur la face avant des emballages. Le prélude à de nouvelles passes d’armes épiques comme la France en a connu ? Interrogé sur France Inter le mardi 19, Serge Hercberg se veut lucide mais vigilant : « Dans l'histoire du Nutri-Score, on est habitués, quand on s'oppose à certains intérêts économiques, à avoir des lobbies qui montent au créneau. C'est ce qui se passe aujourd'hui, puisque l'agenda politique remet le Nutri-Score au cœur des discussions. »

Approche punitive

En témoigne la prise de position radicale de la Confédération générale des producteurs de lait de brebis et des industriels de Roquefort (CGPLBIR) le 11 octobre. Au nom de la tradition dont relève un aliment couvert par une appellation d’origine (AOP) ou une indication géographique (IGP) protégées, les producteurs de Roquefort, et Lactalis en tête avec sa marque Société, dénoncent « une approche punitive des aliments ». Sur l’échelle de A à E de vert à orange, la spécialité de l’Aveyron écope d’un « E ». Sont en cause les matières grasses et le sel. Le Nutri-Score « ne fait que traduire de façon simple la composition nutritionnelle des produits », rappelle le professeur qui invite donc à apprécier le roquefort avec modération. 

Image positive

Opposant déclaré au Nutri-Score depuis sa création, Lactalis promeut son propre SIN. « Le terroir et la qualité nutritionnelle sont deux dimensions qui n'ont rien à voir. Les lobbies entretiennent la confusion et font croire que le Nutri-Score attaque les petits producteurs. En réalité, les grands industriels utilisent l’image positive du roquefort » pour le torpiller, analyse l'épidémiologiste. Lactalis souhaite une méthode de calcul reposant sur les usages de consommation et non sur l’analyse par quantité de 100 grammes. L’algorithme de calcul est disponible sur le site de Santé publique France (SpF) qui indique que le Nutri-Score modifie les habitudes alimentaires de consommateurs. 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Recolim teste les bacs en Inox dans les cuisines centrales

Profession

Recolim teste les bacs en Inox dans les cuisines centrales

Le groupe de travail de trois cuisines intercommunales de restauration collective franciliennes a fait un point d’étape sur la transition vers des contenants réemployables. - En 2019, trois cuisines intercommunales de[…]

02/12/2021 | Acier
Une double couche pour traquer les os dans les filets de poulet

Technologie

Une double couche pour traquer les os dans les filets de poulet

Options veut structurer le réemploi chez les restaurateurs

Economie circulaire

Options veut structurer le réemploi chez les restaurateurs

Riverpack embellit les fêtes de Christophe Roussel

Technologie

Riverpack embellit les fêtes de Christophe Roussel

Plus d'articles