Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Enquête

L'Ermitage veut exporter ses fromages pour progresser

COR

Sujets relatifs :

, ,

La fromagerie de l'Ermitage a investi 22,5 millions d'euros à Bulgnéville (Vosges) pour la création de son atelier de fromages à pâtes molles et la reconstruction totale de son atelier de conditionnement. Des investissements axés sur des lignes de production à la pointe de la technologie qui ouvrent de nouvelles perspectives de croissance.

Il y a deux ans, le 15 mars 2000, à Bulgnéville (Vosges), un grave incendie détruisait entièrement le bâtiment et le matériel dédiés à l'emballage des productions à pâtes molles de l'Ermitage. « Après cette catastrophe, nous avons surtout songé à reconstruire l'atelier et à renouveler notre parc de machines. Contrairement au travail que nous menions sur notre nouvelle unité de production, la priorité n'était pas alors aux détails du process, ou aux gains de productivité, mais bien aux délais qui allaient être nécessaires à la remise en route de l'unité », se souvient Jean-Charles Le Squeren, directeur général de la fromagerie.

Il aura fallu 11 mois de travaux, 7,6 millions d'euros d'investissements pour que le nouvel atelier d'emballage, d'une surface de 1 500 mètres carrés, recouvre ses capacités opérationnelles. Une période durant laquelle d'anciennes machines, simplement dédiées à l'emballage des fromages, sont rapatriées à Bulgnéville. La mise en boîte, puis en carton, s'opère manuellement durant la période des travaux. Entre mars 2000 et février 2001, l'entreprise fait ainsi appel à près de 100 personnes, dans le cadre de contrats à durée déterminée, pour pallier l'arrêt temporaire de ses lignes de conditionnement.

Remise en route

Si la remise en route de cet appareillage apparaît comme l'objectif numéro un de la direction, le choix ne s'est toutefois pas opéré par hasard. Le recentrage récent du groupe autour de l'activité fromagère, la volonté affichée de l'entreprise de s'investir dans une production à plus forte valeur ajoutée illustrent une stratégie plus large qui n'a pas été sans effets sur la configuration de l'unité de conditionnement.

A l'instar des préoccupations qui ont guidé le montage du nouvel atelier de production de fromages à pâte molle, ce sont bien la sécurité sanitaire, la rationalisation du process guidé par le principe de la marche en avant et la flexibilité qui ont orienté sa conception.

« En matière d'hygiène, les garanties sanitaires sont supérieures à celles exigées aussi bien en France qu'en Europe. Elle est omniprésente à tous les niveaux. Aussi bien dans la conception des lignes de conditionnement et des machines, que dans la réalisation de l'atelier, qui a été placé en surpression d'air filtré », précise Jean-Charles Le Squeren.

Attention portée à l'hygiène

Si cette attention portée à l'hygiène est un[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

offres d’emploi
Toutes les offres d’emploi
PREPARATEUR DE COMMANDES H/F

Saint-Pierre-en-Faucigny

Responsable logistique H/F

Charleville-Mézières

Nous vous recommandons

Bio-Fed élargit son offre dans le compostable

Economie circulaire

Bio-Fed élargit son offre dans le compostable

Le fabricant de bioplastiques propose de nouvelles matières pour le thermoformage. - Spécialisé dans les plastiques biosourcés, Bio-Fed lance sur le marché trois grades de M·Vera, l’un de ses[…]

L’économie circulaire au menu du LNE

Profession

L’économie circulaire au menu du LNE

Dernière ligne droite pour Alina

Profession

Dernière ligne droite pour Alina

Un prix pour Koovea lors de la SITL

Profession

Un prix pour Koovea lors de la SITL

Plus d'articles