Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Impact affiche ses ambitions

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
Impact affiche ses ambitions

Philippe Berthe, Pdg d'Impact.

L’ex-Proplast accélère son développement hors du polypropylène pour les barquettes ainsi que dans les contenants réemployables et leur lavage. -

C’est un changement de nom synonyme d’un « virage stratégique » pour son Pdg Philippe Berthe. Proplast devient Impact Group. « Proplast signifiait les professionnels du plastique. C’était devenu trop réducteur. D’autre part, alors que les enjeux environnementaux et sociétaux sont au cœur des préoccupations de tous, que la réglementation évolue à grande vitesse, l’ensemble de notre secteur d’activité se doit d’insuffler une nouvelle dynamique pour relever les défis de demain », explique le dirigeant de 37 ans, qui dirige depuis quatre ans le groupe créé par son père Pierre en 1990 et qui y travaille depuis 2007.

PET et cellulose moulée

Fabricant de barquettes alimentaires en polypropylène (PP) à l’origine, pour la restauration collective en particulier, et propriétaire du constructeur de machines de thermoformage et operculage Mecapack de 2008 à 2019, le groupe Impact repose sur deux piliers : toujours les contenants alimentaires « durables à usage unique » Nutripack, et Re-uz, centré sur des solutions pour le réemploi. Mais, pour Nutripack, la démarche a évolué : le PP est complété par le polyéthylène téréphtalate (PET), la cellulose moulée, le carton et des matériaux biosourcés. « Le plastique n’est pas à bannir en soi, souligne Philippe Berthe. Il demeure un matériau vertueux à condition d’en avoir un usage responsable et maîtrisé, de le collecter, le trier et le recycler. » De rappeler que son groupe a mis en place une filière intégrée de recyclage du PP, déployée sur la restauration collective, dès 2009. En complément, sur son cœur de métier, Impact a investi 50 millions d’euros depuis 2017 dans les solutions alternatives. A Flines-lez-Râches (Nord), le site historique de Nutripack, quatre lignes de production dédiées à la cellulose ont été installées en un an et quatre nouvelles le seront début 2022, pour porter la capacité globale à plus de 50 millions de barquettes par an. Le groupe vient également de racheter le belge Omniform, spécialiste du PET, avec deux usines en Belgique et une en Roumanie. L’activité pèse ainsi près de 160 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec 700 salariés répartis sur 11 sites en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne et en Roumanie.

Leader européen dans l’événementiel

Re-uz constitue l’autre axe de développement. « Nous nous positionnons sur l’ensemble des problématiques du réemploi », expose Philippe Berthe. Si Impact est entré sur le segment des gobelets et contenants alimentaires réemployables en PP en 2015, c’est avec la reprise d’Ecocup, en 2018, qu’il s’y est imposé. Depuis, il s’est implanté en Allemagne, au Royaume-Uni et, récemment, avec l’acquisition d’Ecofestes, en Espagne. Il est ainsi devenu le leader européen de la spécialité pour l’événementiel. « Nous sommes également présents dans la vente à emporter, la distribution automatique et en entreprise avec les offres ou concepts Beer up, Clean cup et Kiobox, précise Philippe Berthe. De surcroît, nous testons le portage à domicile avec des clients et nous créons des communautés de restaurateurs. Mais la consigne est nécessaire pour promouvoir le réemploi. » Ces emballages en PP « plus épais et durable » sont proposés avec des services de lavage : Impact exploite 15 centres, dont 8 en France, « qui lavent 80 millions de gobelets par an et qui peuvent traiter, outre le plastique, l’Inox et le verre », et projette cinq ouvertures en France en 2022. « Le lavage représente d’ailleurs 70% du chiffre d’affaires de Re-uz », indique Philippe Berthe.

Plan d’actionnariat salarié

Pour l’avenir, les ambitions du Pdg d’Impact portent sur les développements industriels et commerciaux d’une part, sur la gouvernance du groupe d’autre part. Il mise d’abord sur le redémarrage de l’activité dans l’événementiel pour atteindre 195 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022 – contre 132 en 2020 et 165 en 2021 – et vise les 300 millions à l’horizon 2025, « dont 50% générés par les alternatives au PP à usage unique ». Cela passera par un maillage local plus étroit pour le lavage, « chaque centre devant couvrir un rayon de 100 km au maximum ». Le groupe travaille aussi sur le réoperculage des contenants réemployables et veut devenir la référence des barquettes à réchauffer en cellulose moulée. En parallèle, il a lancé en septembre dernier la démarche de certification B-corp « pour, signale Philippe Berthe, concrétiser ce qui est fait au quotidien et voir reconnue notre contribution positive à la société ». Par ailleurs, le dirigeant et sa sœur, qui détiennent les deux tiers du capital d’Impact, le fonds Ardian en possédant 32% depuis 2020 et le management 2%, vont mettre en place un plan d’actionnariat salarié pour « agrandir la famille à l’ensemble des collaborateurs ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Recolim teste les bacs en Inox dans les cuisines centrales

Profession

Recolim teste les bacs en Inox dans les cuisines centrales

Le groupe de travail de trois cuisines intercommunales de restauration collective franciliennes a fait un point d’étape sur la transition vers des contenants réemployables. - En 2019, trois cuisines intercommunales de[…]

02/12/2021 | Acier
Une double couche pour traquer les os dans les filets de poulet

Technologie

Une double couche pour traquer les os dans les filets de poulet

Options veut structurer le réemploi chez les restaurateurs

Economie circulaire

Options veut structurer le réemploi chez les restaurateurs

Riverpack embellit les fêtes de Christophe Roussel

Technologie

Riverpack embellit les fêtes de Christophe Roussel

Plus d'articles