Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Stratégie

GS1 veut faciliter la transparence alimentaire avec CodeOnline Food

Pierre Monnier

Mis à jour le 11/10/2019 à 10h11

GS1 veut faciliter la transparence alimentaire avec CodeOnline Food

CcodeOnline Food souhaite fiabiliser les informations des produits alimentaires.

© Yuka

L’organisme de standardisation GS1 a mis en place une base de données pour collecter les informations des produits alimentaires. La plate-forme CodeOnline Food doit permettre aux marques d'insérer directement leurs données en vue de leur utilisation par des applications de consommateurs. –

Fiabiliser les données en allant les chercher à la source, voilà l’objectif de CodeOnline Food. Le 7 octobre, GS1 France a lancé son service en ligne de partage de données sur les produits alimentaires. Désormais, les adhérents de l’organisme de standardisation pourront renseigner directement les informations clés de leurs références vendues en France sur cette plate-forme. Pour l’heure, CodeOnline Food collecte 35 données telles que l’identification du produit (GTIN), sa marque, sa dénomination, mais aussi sa contenance, la liste des ingrédients ou de ses différents labels.

Une exigence de transparence des consommateurs

Tout l’enjeu de cette initiative est de faire le pont entre les industriels – qui produisent des données – et les applications – qui utilisent ces données. CodeOnline Food trouve sa légitimité dans l’exigence de transparence des consommateurs. C’est pourquoi GS1 France a codéveloppé ce service avec de nombreux acteurs de la filière alimentaires dont : l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), Coop de France, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) ou le Fonds français pour l’alimentation et la santé (FFAS).

Partager les informations des produits

Présent lors de la conférence de lancement de l’outil, Nestlé a fait savoir qu’il partagerait les données de l’ensemble de ses produits (soit environ 2 500 références) d’ici à la fin de l’année, se gardant un temps pour vérifier l’exactitude de leurs informations. De son côté, l’application Allergobox a souligné l’absence de tiers pour transmettre les données, évitant autant d’erreurs de saisie : « Si les données sont de mauvaise qualité, il est possible de mettre en péril la vie d’un utilisateur. » L’Ania a pointé le fait qu’aujourd’hui beaucoup d’informations circulent sur les produits, mais que leur fiabilité laisse à désirer : « Avec le développement des applications, les entreprises sont sollicitées tous les jours pour partager les informations de leurs produits. CodeOnline Food permet enfin de récupérer des données numériques fiables et à jour », a indiqué Sarah Fornier, la directrice communication de l’Ania.

Embarquer les 18 000 fabricants de produits alimentaires

« CodeOnline Food représente une formidable opportunité pour les entreprises de l’agroalimentaire de mettre à disposition des données fiables et à jour sur leurs produits, souligne François Duprey, le président exécutif de GS1 France. Ce service en ligne est aussi le résultat d’une remarquable collaboration de l’ensemble des acteurs de la filière pour répondre à la fois aux défis de digitalisation et aux attentes de transparence vis-à-vis du consommateur. »

L’enjeu pour GS1 est maintenant d’embarquer les 18 000 fabricants de produits alimentaires en France. Surtout lorsqu'on sait que la majorité des acteurs de la filière sont des petites et moyennes entreprises (PME). Trois moyens de partage sont laissés au choix des industriels : d’un simple clic sur les plates-formes d’échange de données entre marques et distributeurs (neufs solutions certifiées par GS1 au total, dont Alkemics) ; via une API (interface de programmation applicative) qui enverra les données des différents produits à CodeOnline Food ; ou bien en remplissant une interface de saisie. Le tout dans l’optique de fédérer et de s’adapter aux plus grands nombres afin de constituer une base de données centralisée où chacun pourra venir s’y sourcer.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Lagnieu célèbre la reconstruction de son deuxième four

Investissements

Lagnieu célèbre la reconstruction de son deuxième four

Verallia a investit 24 millions d’euros dans son usine spécialisée dans les pots et bocaux en verre. - La dimension symbolique était palpable : en présence notamment du préfet de l’Ain Arnaud[…]

18/10/2019 | Verre
Le BPB perturbe autant que le BPA

Sécurité sanitaire

Le BPB perturbe autant que le BPA

Ferrero ne veut plus d’emballages plastique inutiles

Economie circulaire

Ferrero ne veut plus d’emballages plastique inutiles

Violent incendie chez Traidib

Economie circulaire

Violent incendie chez Traidib

Plus d'articles